A la UneConjoncture

Port de Douala : le scandale des cadeaux dans les navires

Pour Cyrus Ngo’o, ces dérives sont de nature à déteindre négativement sur l’image du Cameroun et pourraient compromettre les efforts du gouvernement visant à consolider et accroître l’attractivité et la compétitivité de place portuaire de Douala.

L’octroi des cadeaux aux représentants des administrations compétentes lors des contrôles et inspections à bord des navires est interdit. Cyrus Ngo’o, le directeur général (DG) du Port autonome de Douala (Pad) a en effet signé le 14 mai dernier, une circulaire interdisant l’octroi de cadeaux à bord des navires au port de Douala-Bonabéri, la principale porte d’entrée des marchandises au Cameroun. Ces pratiques de l’avis du DG du PAD qui ne sont en fait que des actes de corruption sont considérées comme des « dérives sérieuses, notoires et inadmissibles, dont la persistance est de nature à déteindre négativement sur l’image de notre pays, pourraient compromettre les efforts du gouvernement visant à consolider et accroître l’attractivité et la compétitivité de notre place portuaire ».

En effet, l’autorité portuaire de Douala-Bonabéri affirme que son attention a été attirée sur les dysfonctionnements récurrents observés lors des contrôles et inspections à bord des navires effectués par les représentants des administrations compétentes. « Cette situation se caractérise par l’exigence des cadeaux aux équipages qui font escale au port de Douala-Bonabéri », écrit Cyrus Ngo’o.


>> Lire aussi – Infrastructure portuaire : le Port Autonome de Douala met le cap sur la modernisation


Le DG du PAD rappelle que les contrôles et inspections des navires doivent être effectués par les administrations conformément aux dispositions de l’arrêté n° 143/PM du 30 août 2010. Ce texte dispose que, cette opération se limite exclusivement à une inspection des navires pour la vérification de l’état du navire, des effectifs et de son matériel d’armement afin de s’assurer qu’ils sont conformes aux règles définies par les conventions internationales du secteur maritime.

A l’issue de l’inspection et du contrôle, chaque administration, précise ce décret, notifie au commandant du navire le rapport de son intervention. Une notification écrite des résultats de l’inspection et du contrôle est également faite au service compétent du ministère en charge de la marine marchande. En cas de constatation d’anomalie a l’issue de l’inspection et du contrôle, le service compétent du ministère en charge de la marine marchande organise une intervention spécifique du service technique concerné et en informe le commandant du navire.


>> Lire aussi – Les ports du Cameroun sont-ils encore compétitifs ?


Cyrus Ngo’o instruit donc de s’abstenir d’exiger des cadeaux ou autres faveurs, de quelque nature que ce soit, aux commandants de bord et équipages en escale à Douala. Les contrevenants s’exposant aux sanctions prévues en la matière. En rappelle, les inspections et contrôles à bord des navires sont opérées par les ministères en charge de la marine marchande ; de l’Environnement ; de la Sante publique ; de l’Agriculture ; de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales ; des Forets et de la Faune.

D’autres administrations peuvent également être admises lors de ces opérations.  Leur coordination est assurée par le service compètent du ministère en charge de la marine marchande. Et, les services compétents du port sont tenus de fournir à l’organe de coordination susvisé, en temps utile, les informations et les documents nécessaires aux inspections et contrôles à bord des navires, précise le décret du 30 août 2010.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!