A la UneConjoncture

Budget 2019: pourquoi le prix de la bière va augmenter

Les craintes d’une probable augmentation de ce produit de grande consommation se fondent sur les dispositions fiscales contenues dans le projet de loi de finances 2019

D’aucuns prédisent une augmentation de 100 FCFA par bouteille de bière, quand d’autres voient plutôt le double de ce montant. Mais il reste constant que le prix de la bière pourrait connaître une hausse au Cameroun au cours de l’exercice budgétaire 2019.

Ces craintes d’une probable augmentation de ce produit de grande consommation se fondent sur les dispositions fiscales contenues dans la loi de finances déposée récemment au parlement pour adoption. Dans cette loi de finances, le gouvernement a introduit une modification en ce qui concerne la gestion des droits d’accise, celles-ci pour les bières alcoolisées pourraient se situer à hauteur de 5,5%, voire moins. Or, dans la loi des finances 2018, il avait été instauré un abattement de 20% sur le prix qui sert de base au calcul du droit d’accise sur ces produits. Le projet actuel de loi de finances prévoit plutôt réduire cet abattement de moitié, et de le fixer à seulement 10%. Pourtant, ce sont des dispositions fiscales de 2018 qui, explique-t-on, a permis aux entreprises brassicoles « d’effectuer des investissements productifs dans leurs outils de production ».


>> Lire aussi – Prix de la bière : comprendre l’augmentation programmée


Cette mesure a également favorisé l’augmentation des achats de matières premières agricoles locales (maïs pour Les Brasseries du Cameroun et sorgho pour la filiale locale du groupe Diageo). Cet élan pourrait donc s’estomper en 2019 si cette nouvelle disposition fiscale est finalement maintenue dans cette loi de finances. Car, il risque de devenir difficile de continuer à supporter le poids financier de l’approvisionnement en intrants auprès des producteurs camerounais. En effet, selon des analyses des coûts sur le marché local, il revient au final plus cher de s’approvisionner localement en céréales, que de le faire via des contrats à terme sur le marché international. On pourrait enfin assister à des réductions de dépenses des personnels avec des réductions des effectifs dans les zones les moins rentables, comme le Nord-Ouest, sud-ouest, où subsiste de l’insécurité.

Et surtout qu’à côté de  cette réduction d’abattement, le gouvernement prévoit aussi d’instaurer un droit d’accise spécifique sur les emballages des bières et boissons gazeuses, pour un montant de 15 FCFA par emballage. Même s’il est difficile de faire un bilan en termes de coûts supplémentaires pour l’ensemble des sociétés brassicoles. Mais pour, la Société Anonyme des Brasseries du Cameroun par exemple, on peut estimer la dépense d’impôt supplémentaire brute à 5 milliards de FCFA.

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer