Présidentielle 2018

Présidentielle 2018 : des observateurs pour faire vivre le 7 octobre de partout.

En prélude aux élections présidentielles du sept octobre prochain, le directeur de publication du tri hebdomadaire l’œil du sahel, a entretenu la presse nationale et internationale sur son initiative, « Observateur d’un jour » mercredi dernier, permettant aux citoyens de s’impliquer dans le déroulement de la prochaine présidentielle.

Plus qu’une dizaine de jours, les  camerounais se rendront massivement aux urnes le sept octobre prochain pour élire un nouveau président de la République. C’est en prélude à ces élections que Guibai  Gatama , directeur de publication du tri-hebdomadaire l’œil su sahel , a tenu une conférence de presse , au siège de la rédaction de son journal . En présence des médias nationaux et internationaux, Guibai Gatama  a entretenu l’auditoire sur l’initiative « Observateur d’un jour » rendue publique il y a de longues semaines. Pour le directeur de publication de l’œil du sahel, l’initiative « Observateur d’un jour » est adossée sur le principe que, pour un moment aussi important qu’une élection présidentielle, il n’y pas meilleur observateur que le citoyen lui-même. Lequel rôle a connu de notables évolutions, avec l’accès à internet. C’est l’occasion qui est donnée aux citoyens, quels que soient leurs chapelles politiques, les lieux où  s’expriment leurs droits civiques et politiques, de contribuer à faire vivre ce scrutin. Il s’agit pour eux de filmer à l’aide d’un appareil photo, ou d’un téléphone (android)  ce qu’ils voient  en rapport avec l’élection, ils envoient les images par Messenger, sur son compte face book, ou sur son numéro via l’application de messagerie WhatsApp . Celles envoyées doivent être encadrées par un minimum d’informations, entre autre  le lieu, l’heure, et la circonstance.  Par exemple, les images d’un bureau de vote fermé après l’heure légale d’ouverture, de l’affluence devant les bureaux de vote, des bureaux de vote vides.  Une fois les images reçues, celles-ci  sont vérifiées grâce à un logiciel pour prouver leur authenticité, avant publication, compte tenu des risques de manipulation qui pourraient dévoyer cette initiative.

Bien que n’ayant pas reçu d’autorisation légale, cette initiative ne souffre d’aucune illégitimité, et n’a pas d’agenda caché, en ce sens que les éléments recueillis ne seront pas utilisés comme pièce à conviction pour déclencher un quelconque contentieux électorale.  Il vise tout simplement d’après son porteur  à amener les  citoyens camerounais  à s’impliquer dans la co-écriture de leur histoire, et plus précisément de l’histoire politique, de capter les images, les scènes, les attitudes, qui rendent  compte de la marche vers la démocratie. Bref, le sept octobre, journalistes et citoyens, devront contribuer à faire voir, faire entendre, de manière à faire comprendre in fine. Pour le mot de fin, Guibai Gatama n’entend pas limiter son initiative aux élections présidentielles, elle s’entendra sur d’autres événements à venir en occurrence la CAN total 2019 prévue au Cameroun  au mois de juin prochain.

La Rédaction EcoMatin

La Rédaction EcoMatin

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!