Afrique CentraleGabon

Projet de fer de Baniaka au Gabon : l’australien Genmin prévoit lancer la production en 2024

Avec une capacité de production de 5 millions de tonnes par an, l’entreprise minière, envisage démarrer l’étude de préfaisabilité du projet au cours du troisième trimestre 2022.

Le projet de fer de Baniaka au sud-est du Gabon pourrait sortir de terre en 2024 avec la première production du minerai. Cette annonce a été faite le 1er septembre dernier par le président directeur général de la Genmin Limited, Joe Ariti. C’était en faveur de la Conférence Africa Down Under. Cette rencontre de 3 jours qui s’est achevée le 31 août dernier à Perth en Australie était l’occasion de présenter les opportunités d’investissements dans le secteur minier en Afrique.

Lire aussi : RD Congo : la production de diamant baisse de 22% au premier semestre 2022

En attendant 2024, la société d’exploitation et de développement de minerai de fer entend procéder à une étude de préfaisabilité du site d’ici fin septembre. Le mois dernier, Genmin indiquait que ses deux licences d’exploitation à Baniaka et Bakoumba avaient été prolongées de 6 ans c’est-à-dire jusqu’en 2028.

D’après les dernières estimations de l’entreprise dressées en mai 2022, le projet de fer de Baniaka compte environ 700 millions de ressources minérales dont 39% de fer (258 millions de tonnes). Ainsi, « la société prévoit une opération d’exploitation initiale de 5 millions de tonnes par an, passant à 10 millions de tonnes par an au cours de la phase 2 », a déclaré Joe Ariti. Pour ce faire, Genmin Limited a signé en juillet dernier, un accord avec la holding Anglo American (basée en Afrique du Sud et au Royaume Uni) pour développer le projet.

Lire aussi : Le chaudronnier français Fouré Lagadec ferme sa filiale camerounaise suite à une dégradation de sa trésorerie

Le gouvernement gabonais était représenté au cours de ladite conférence par son ministre des Mines Elvis Ossindji qui a listé les autres projets miniers en cours au Gabon. Il s’agit entre autres du fer de Belinga mené par Fortescue ou encore le projet de l’or d’Eteke par le groupe Managem. Réalisé, le projet de fer de Baniaka permettrait de diversifier l’offre en minerai dominée sur le national par le manganèse. Pour preuve, avec une production de 9,5 millions de tonnes en 2021, le pays d’Ali Bongo a dominé l’approvisionnement mondial du manganèse aux côtés de l’Afrique du Sud et de l’Australie.

Lire aussi : Fer de Mbalam : Sundance annonce le rejet du recours du Cameroun par la Chambre de Commerce de Paris

A en croire notre confrère Le Nouveau Gabon, l’australien a aussi signé trois protocoles d’accord « non contraignants » avec des entreprises chinoises pour un prélèvement potentiel pouvant atteindre 16 millions de tonnes par an.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page