Business

Projet Hydroélectrique de Makay: le partenaire technique et financier en difficulté

L’information donnée par des journaux marocains indique que celui sur qui avait misé le ministère de l’eau et de l’énergie en 2017 serait au bord de la faillite

Platinum Power, une joint-venture maroco-américaine, créée en 2012 et sur qui repose tout le développement du projet de construction de barrage de Makay serait en grande difficulté, selon des informations rapportées par la presse marocaine. L’entreprise qui fut le premier acteur privé au Maroc à obtenir des concessions de projets hydroélectriques pour une capacité cumulée de plus de 150 MW, dans le cadre d’une loi qui était censée doter le royaume d’un arsenal libéral aussi moderne qu’adapté à ses objectiafs des plus ambitieux en la matière. Mais le retard accusé dans l’achèvement de l’étape du développement (devant aboutir pour chaque projet au bouclage du financement et au lancement des constructions) a finalement saigné la trésorerie du développeur privé qui a déjà investi en fonds propres plusieurs centaines de millions de dirhams sans arriver à voir le bout du tunnel. Aujourd’hui, les salaires ne sont pas payés depuis plusieurs mois, les filiales camerounaises et ivoiriennes sont pratiquement à l’arrêt et aucun projet de réinjection d’argent frais n’est pour l’instant sur la table à défaut, semble-t-il, d’un accord entre l’actionnaire américain, le fonds Brookstone, qui a le plus investi dans cette affaire, et ses partenaires marocains menés.

on peut estimer, qu’un arrêt complet sur ce projet, effacerait les espoirs de voir s’accroître l’offre national d’énergie de 1,6 gigawatts par ans avec une connexion supplémentaire pour 6 millions de camerounais

Le gouvernement camerounais se montrait pourtant rassurant. Il avait annoncé, que les études d’avant-projet sommaire (APS) sont exécutées à 100%, les études d’avant-projet détaillé (APD), 95%. L’impact environnemental et social (EIES) préliminaire, exécuté par Tractebel Engineering/Coyne & Bélier est aussi terminé. Et la signature du mémorandum du projet par la partie gouvernementale, Eneo et Platinum Power, a eu lieu le 13 avril 2017. Dans la foulé, Platinum power a annoncé qu’il avait lancé un appel d’offre pour le recrutement d’une entreprise qui allait construire le barrage. Dans son discours à la nation le 31 décembre 2018 dernier, le président Paul Biya réélu pour un nouveau mandat de 7 ans, a indiqué qu’il était important pour l’administration de bien travailler sur la maturation des projets.

Aujourd’hui in est difficile d’évaluer quels pourraient être les implications sur les ambitions énergétique du Cameroun, si ce projet de barrage n’arrivait pas à son terme. A contrario, on peut estimer, qu’un arrêt complet sur ce projet, effacerait les espoirs de voir s’accroître l’offre national d’énergie de 1,6 gigawatts par ans avec une connexion supplémentaire pour 6 millions de camerounais. Un autre indicateur signe de la fragilité de l’offre énergétique au Cameroun, c’est qu’Eneo qui est aujourd’hui le principal distributeur, a été contraint de renouveler un contrat d’approvisionnement en gaz avec Gaz du Cameroun. La résorption de la fracture énergétique risque de ne pas être pour demain au Cameroun.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!