A la UneBanques et Finances

Projet Nachtigal : quatre banques locales dans le pactole des 800 milliards Fcfa

La Société Générale Cameroun (Sgc), la Standard Chartered Bank Cameroon, Attijariwafa Scb Cameroon et la Bicec, la Banque internationale du Cameroun pour l'épargne et le crédit figurent parmi les 11 partenaires financiers impliqués dans la concrétisation de ce gigantesque projet de près de 800 milliards de FCFA.

C’est finalement en décembre 2018 que les travaux du Projet Nachtigal seront lancés, », à l’issue du closing financier« , signé à Paris la capitale française entre les parties prenantes de ce procès. Indique un communiqué d’EDF, Electricité de France, entreprise hydraulicienne  chargée de construire cet ouvrage qu’elle considère comme  « le plus important projet hydroélectrique sur le continent africain développé en financement de projet« . Mais aussi, le plus grand projet hydroélectrique soutenu par le groupe Banque Mondiale en Afrique. C’est en effet à travers l’IFC, son agence spécialisée dans le financement des projets dans les pays émergents que la Banque mondiale s’est impliquée dans la structuration financière du Projet Nachtigal. D’après les accords engageants et définitifs signés ce 8 novembre 2018, l’Ifc participe à hauteur de 30% au projet, 30% pour l’Etat du Cameroun et 40% pour Edf. Tous regroupés au sein d’une entité commune baptisée Nhpc (Nachtigal Hydro Power Company).

Le projet Nachtigal consiste à concevoir, à construire et à exploiter pendant 35 ans un barrage et une usine hydroélectrique de 420 MW sur le fleuve Sanaga au niveau des chutes de Nachtigal, situées à 65 km au Nord-Est de Yaoundé. Il comprend aussi la construction d’une ligne de transport d’électricité de 50 km jusqu’à Nyom. La signature des accords d’engagement entre Edf, l’Ifc et le gouvernement camerounais marque ainsi un tournant décisif dans la concrétisation de ce projet qui permettra au Cameroun d’augmenter de façon significative sa capacité de production électrique inscrite dans son  plan stratégique de développement du secteur de l’électricité. Nachtigal couvrira ainsi 30% des besoins énergétiques du pays, soit une production annuelle de près de 3 TWh. L’électricité produite par le barrage de Nachtigal sera vendue à l’opérateur du réseau via un Power Purchase Agreement (Ppa) à un prix compétitif, au bénéfice des consommateurs camerounais. Le projet générera d’importantes retombées économiques : jusqu’à 1500 emplois directs au plus fort du chantier, dont 65% d’emplois locaux recrutés dans un rayon de 65 km autour du site de construction.


>> Lire aussi – Comment les banques arnaquent les camerounais


Jean-Bernard Lévy, le Président Directeur Général d’Edf rassure d’ailleurs sur les engagements pris par le constructeur de projet hydroélectrique : « Cette signature marque la conclusion de l’ensemble des accords et contrats clés liées à la construction, à l’exploitation et au financement de l’ouvrage.  Nous sommes fiers que le Cameroun reconnaisse le savoir-faire d’Edf en tant qu’hydraulicien de référence, en nous confiant la réalisation d’un projet bas carbone, structurant pour le pays et respectueux des meilleures standards en matière de responsabilité sociétale et environnementale….« .

Le coût global du projet s’élève à 1,2 milliard d’euros, soit environ 800 milliards de FCFA. Il est financé pour près d’un quart sur fonds propres des actionnaires au prorata de leur participation au projet, et pour le reste, par des prêteurs. Coordonné par Ifc, le groupe de prêteurs comprend 11 institutions de développement internationales : à savoir, la Banque africaine pour le développement (Bad), Africa Finance Corporation, Agence Française de Développement (Afd),  Cdc Group, Deg, Pidg company – the Emerging Africa Infrastructure, European Investment Bank, Fmo, International Finance Corporation, Ofid, Proparco. Des partenaires financiers ajoutés à des banques camerounaises. Quatre au total: la Société Générale Cameroun (Sgc), la Standard Chartered Bank CameroonAttijariwafa Scb Cameroon et la Bicec.

D’autres institutions spécialisées de la Banque mondiale telles la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (Bird) et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (Amgi) sont également parties prenantes. Rappelons que l’Ifc a apporté son soutien dès les premières étapes du projet à travers son organisme spécialisé, Ifc InfraVentures. L’Ifc a également assuré la coordination globale du financement. Sérgio Pimenta, Vice-Président d’Ifc en charge de l’Afrique et du Moyen-Orient s’est exprimé à l’occasion, sur ce chantier : « Nachtigal est un projet phare pour le Cameroun. Il aura bénéficié de la capacité d’Ifc à collaborer avec les autres institutions du Groupe de la Banque mondiale. Nachtigal augmentera la capacité de production d’électricité du Cameroun….grâce à une énergie propre et à faible coût. C’est  un exemple de la manière dont Ifc crée des marchés capables de transformer la vie de millions de personnes », dira-t-il.

Le groupe Edf s’engage également à appliquer les meilleurs standards en matière de sûreté et de responsabilité sociale et environnementale. Edf envisage également un programme de développement socio-économique pour la région concernée, construit autour des initiatives identifiées dans le cadre des consultations avec les parties prenantes locales. Dans ce cadre, EDF s’appuiera en particulier sur l’expérience d’accompagnement socio-économique autour du barrage de Nam Theun 2 au Laos, récemment reconnue par des experts indépendants. Par ailleurs, le communiqué rendu public par Edf au  terme de la signature du protocole tripartite prévoit la mise en service opérationnelle du barrage en 2023.

 

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!