Visages de la semaine

Qui est Mamoudou Abdoulmoumini, le nouveau patron de l’école vétérinaire

Le professeur Mamoudou Abdoumoumini a le profil de l’emploi. Il est le nouvel homme fort de l’ l’Ecole des sciences et de médecine vétérinaires (Esmv) de l’Université de Ngaoundéré. C’est par décret du président de la République signé le 16 avril dernier  que ce dernier a été porté au poste de directeur de l’Ecole des sciences et de médecine vétérinaires (Esmv) de l’Université de Ngaoundéré. Mamoudou Abdoumoumini qui jusqu’ici était chef de département dans la même école remplace, le professeurEcole des sciences et de médecine vétérinaires, relevé de ses fonctions, après 12 ans de service. Il était le premier chef de cet établissement. André Zoli Pagnah doit probablement sa chute aux grèves à répétition qui ont cours à l’Esmv de l’Université de Ngaoundéré depuis plusieurs mois.

Mamoudou Abdoulmoumini, maitre de conférences est né le 8 mai 1969 à Ngaoundéré, entre autres détails de son cursus scolaire et universitaire, l’on retient qu’il est passé par le collège protestant de Ngaoundéré où il a obtenu le baccalauréat en 1992. Des années après, il va fréquenter l’Académie vétérinaire de Saratov en Russie et sort diplômé en 1998 et l’Université libre de Berlin en Allemagne en 2007. Il suivra par la suite plusieurs autres formations et assumera de nombreux postes de responsabilité avant d’être porté à la tête de l’Ecole des sciences et de médecine vétérinaires créée par décret présidentiel le 19 janviers 1993. C’est 15 années plus tard que ladite école ouvre effectivement ses portes avec les premiers cours dispensés le 12 février 2008. Elle compte à cette époque, 39 pensionnaires formant la première cuvée qui sort en 2013 après six années de formation.

Même si l’Esmv est présentée comme unique en son genre en Afrique centrale, parce qu’ayant accueilli de nombreux étudiants tant nationaux qu’étrangers et ayant comblé un déficit criard en spécialistes de ce secteur, il faut rappeler qu’elle a connu plusieurs mouvements d’humeur de ses apprenants. Lancée depuis le 3 décembre 2018, la grève des étudiants de l’Esmv s’est enlisée au fil des jours. Les apprenants réclament de meilleures conditions d’études. Dans une lettre adressée au président de la République, le 12 décembre 2018, les étudiants relèvent « Nous faisons neuf ans pour devenir docteur en sciences vétérinaires au lieu de six ans. Il nous faut aussi six ans au lieu de trois pour devenir ingénieur des travaux des services vétérinaires au lieu de six ans. Il y a neuf promotions de docteurs et six promotions d’ingénieurs qui sont bloquées et attendent leur sortie. »

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!