Afrique Centrale
A la Une

RD Congo : les projets miniers et le pétrole stabilisent les IDE en 2022, en dépit de la baisse des flux français

Le pays le plus grand d’Afrique subsaharienne, avec une superficie équivalente à celle de l’Europe occidentale, a stabilisé à 1,8 milliards de dollars, soit 1 079 milliards FCfa, son volume d’investissements directs étrangers (IDE) en 2022, selon le rapport de la Conférence des nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced). Cette performance portée par les flux vers les projets miniers et l’exploitation pétrolière, selon la Cnuced, survient dans un contexte marqué par la baisse des IDE en provenance de la France, après la hausse de 2021.

Les flux d’investissements directs étrangers (IDE) en provenance de la France et à destination de la République démocratique du Congo (RD Congo) ont chuté de 27 millions d’euros en 2022, soit 17,6 milliards FCFA ou encore 29,5 millons de dollars. Cette baisse succède à une augmentation de 44 millions d’euros en 2021 (28,8 milliards FCFA ou 44 millions de dollars), révèlent les chiffres de la Banque de France. Cependant, malgré cette baisse de l’intérêt des entreprises françaises pour les investissements dans le pays d’Etienne Tsisekedi, le volume total des IDE capté par ce pays de l’Afrique centrale en 2022 est resté stable, selon la Cnuced.

« En Afrique centrale, les IDE en République démocratique du Congo sont restés stables à 1,8 milliard de dollars, l’investissement étant soutenu par des flux vers les champs pétroliers offshore et l’exploitation minière », indique l’organisme onusien, qui révèle par la même occasion la raison principale de cette stabilisation du volume des IDE en 2022, en dépit de la baisse des flux provenant des entreprises françaises. « La République démocratique du Congo (…) possède des ressources naturelles exceptionnelles, notamment des gisements de minerais (cobalt, cuivre, etc.), un grand potentiel hydroélectrique, de vastes terres arables, une formidable biodiversité et la deuxième plus grande forêt tropicale du monde », confirme la banque mondiale dans sa présentation de ce pays.

Lire aussi : La RD Congo ambitionne d’investir plus de 4 100 milliards FCFA dans l’agriculture sur 10 ans

Présentée comme un El Dorado minier, à cause des nombreuses ressources minières dont elle dispose, la RDC tire essentiellement ses IDE des sociétés minières en activité dans le pays, puis de l’exploitation et l’exploration pétrolières, deux activités nécessitant généralement de colossaux investissements. Selon les chiffres publiés par Statista Research Departement, le 24 octobre 2023, la RDC abrite la 3ème réserve de diamant au monde en 2022, avec 150 millions de carats, derrière la Russie (600 millions) et le Botswana (300 millions).

De même, selon les statistiques révélées par la Banque centrale du Congo (BCC), ce pays a produit plus de 17,7 millions de carats de diamants au cours de l’année 2022, contre 12,2 millions en 2021, en hausse de 45% sur une période d’un an. « Sur toute la période étudiée (de 2013 à 2022), la République démocratique du Congo est, de loin, le premier extracteur de cobalt dans le monde, avec une production qui a atteint plus de 144.000 tonnes en 2022 », ajoute Statista dans l’un de ses rapports. Le pays dispose également d’un potentiel impressionnant dans l’exploitation de l’or. Mais, estimait le département du trésor américain en mars 2022, environ 90% de la production de ce minerai est illégalement exportée vers des pays voisins, particulièrement l’Ouganda et le Rwanda.

Cependant, nonobstant ses immenses richesses minières, la banque mondiale précise dans sa présentation de la RDC, que « la plupart des habitants de RDC ne profite de ces richesses. Une longue succession de conflits, d’instabilité, de troubles politiques et de régimes autoritaires a conduit à une crise humanitaire aussi sévère que persistante, à laquelle s’ajoutent des déplacements forcés de populations. Et la situation ne s’est guère améliorée depuis la fin des guerres du Congo en 2003 ». En effet, indique cette institution de Bretton Woods, « la RDC est l’une des cinq nations les plus pauvres du monde. En 2022, environ 62% de la population du pays -soit 60 millions de personnes- vivait avec moins de 2,15 dollars par jour. Ainsi, près d’une personne sur six en situation d’extrême pauvreté en Afrique subsaharienne vit en RDC ».

Lire aussi : RD Congo : la production de diamant baisse de 22% au premier semestre 2022

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page