Business et Entreprises
A la Une

Relance de la filière tomate : espoirs et spéculations autour de l’usine de Foumbot

Fermée depuis 20 ans, la Société des conserveries alimentaires du Noun (Scan), spécialisée dans la transformation et la vente de la tomate, figure parmi les entreprises inscrites dans le plan gouvernemental de la filière tomate camerounaise. Sauf que, d'après les experts et promoteurs agricoles de la filière, la réhabilitation de la Scan passe par un diagnostic profond de cette entreprise qui offrait 1600 emplois directs et indirects.

L’usine n’aura eu que 6 ans d’activités. Créée en 1990, la Société des conserveries alimentaires du Noun (Scan) lance effectivement la transformation massive de la tomate en 1994. Basée à Foumbot dans le Département du Noun, les installations de la Scan qui s’étendent sur 2 hectares sont abandonnées depuis deux décennies. L’entreprise de transformation de tomate a fait banqueroute pour deux raisons principales dévoilées par Dahirou Lamanje et Abdou Aretouyap, respectivement mandataire du conseil d’administration et Directeur général de la Coopérative des producteurs vivriers et pérennes du Noun, Cooprovip-Noun, principal producteur de tomate dans le Département du Noun: «le projet a été frappé du non-respect de l’étude de base faite en rapport avec la production et la livraison de la tomate à la Scan», a-t-il indiqué.

Lire aussi : Réouverture des frontières : de belles perspectives pour la tomate camerounaise

Avec la surabondance conjoncturelle de la tomate observée aujourd’hui sur le marché national les promoteurs agricoles de cet «or rouge» sont aux abois. La fermeture des frontières pour cause de Covid-19 a eu pour conséquence l’arrêt des exportations vers les juteux marchés du Gabon, de la Rca, de la Guinée Équatoriale, du Tchad et du Congo. Face à la gravité de la situation, le gouvernement camerounais a décidé depuis le 16 juillet 2020 d’engager un plan de relance de la filière tomate. D’après le gouvernement camerounais, «le plan de relance de la production locale de tomate en cours d’élaboration prévoit une série de mesures d’accompagnement dont l’identification des coopératives les plus impactées par la covid-19, le renforcement des capacités techniques de production et de transformation des tomates et l’appui des agriculteurs en intrants agricoles ». 

Lire aussi : Tomates en fruit : les prix bas peuvent-ils durer ?

Une bonne nouvelle pour les producteurs de tomate, les 16.000 membres de la Cooprovip-Noun, mais qui laisse également entrevoir une réhabilitation de la Scan et de son outil de production. La Scan employait directement et indirectement plus de 1600 personnes. Les experts tablent pour une période probatoire de 3 ans pour  remettre sur pied la Scan si l’appui de relance gouvernemental était effectif. Mais pour certains producteurs, la solution durable pour stabiliser et développer le secteur passe par la création d’un programme spécial consacré à ladite filière. C’est en 1990 que la Scan est portée  sur ses fonts baptismaux. Elle produisait annuellement environ 25 millions de boîtes de tomate concentrée de 70g vendues à 100 FCFA.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page