Politiques Publiques
A la Une

Relance post Covid-19 : 2 milliards pour les PME qui le souhaitent

Elles sont appelées sont appelés à fournir leurs dossier de sélection pour bénéficier de cet appui du gouvernement dont l’enveloppe est de 2 milliards de FCFA.

Les prochaines semaines seront décisives pour les Petites et moyennes entreprises (PME) camerounaises qui désirent bénéficier de l’appui financier que met à disposition le gouvernement à travers le ministère des Petites et moyennes entreprises, de l’économie sociale et de l’artisanat (Minpmeesa). Achille Bassileken III, chef de ce département ministériel, était face à la presse ce lundi 05 octobre, pour annoncer le lancement de l’opération de distribution de cet appui.

Elle s’étendra sur un mois, période au cours de laquelle les promoteurs de PME, les artisans et les organisations de l’économie sociale des 10 régions sont appelés à faire acte de candidature.

D’un montant de 2 milliards de F CFA, l’enveloppe allouée pour cette opération est dédiée au soutien à deux activités: l’appui direct aux PME à fort potentiel (1,5 milliards de FCFA) et l’appui aux artisans et acteurs des sociétés coopératives fabricant des masques artisanaux et des gels hydroalcooliques (500millions de F CFA). « Ces appuis visent à satisfaire de façon exclusive aux besoins en intrants en vue d’augmenter leur production et/ou en outillage en vue de renforcer leurs capacités techniques ; et en financement en vue de renforcer les capacités productives de leurs unités », explique Achille Bassilekin III.

Lire aussi : Les banques réduisent de 32% les crédits aux PME en 2019

Pour bénéficier d’un appui à travers ce fonds, les PME doivent néanmoins répondre à plusieurs critères. Primo, il faut justifier d’une existence légale et être affilié à  une instance faitière ; secundo, opérer dans des secteurs ayant été fortement impactés par la pandémie du coronavirus, tels que la transformation des produits locaux, l’économie numérique, la production des supports pour l’événementiel etc.

Mais ce n’est pas tout, il faudra justifier d’une baisse d’activités pendant la période de mise en œuvre des mesures gouvernementales de lutte contre la propagation du coronavirus. A  ce sujet, se présentent comme celles qui ont le plus souffert de ces mesures restrictives.

Quant aux artisans et entreprises artisanales, il faudra elles devraient au préalable être enregistrés dans un bureau communal de l’artisanat (Bca) depuis au moins 3 ans ; être de la filière textile ou cosmétique  et appartenir à une association professionnelle entres autres. Conditions valables également pour les organisations de l’économie sociale.

Lire aussi : La banque des PME perd annuellement au moins 1 milliard de FCFA

Transparence

Pour mettre tous les potentiels bénéficiaires au même pied d’égalité, le Mipmeesa  a mis sur pied un guide d’usager élaboré pour informer ces derniers sur les procédures à suivre.

Ils disposent d’un délai de 30 jours pour déposer contre récépissé leur dossier de candidature complet dans les délégations départementales et régionales. « Après la présélection effectuée par les comités ad hoc régionaux, les dossiers seront transmis avec avis motivé, à la « Task Force » logée dans les services centraux du Minpmeesa» indique Achille Bassileken III. Au terme de la sélection, la liste des entreprises sera publiée et les bénéficiaires pourront passer à la caisse.

Quel effet ?

Dans son rapport sur l’impact du coronavirus sur les entreprises au Cameroun, publié au mois d’avril dernier, le Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam), révèle à l’issus d’une enquête que 93% des PM ont déclarés avoir été affectés par la pandémie. 61% ont été très négativement impactés ; plus que les grandes entreprises (27%).

Lire aussi : Bientôt la mise en application de la charte nationale des PME

Pour Protais Ayangma, président d’Entreprises du Cameroun (Ecam), un groupement de PME qui revendique quelques 600 membres, les pertes d’après les chefs d’entreprises consultés sont de l’ordre de 60 voire 80%. Des données qui donnent à réfléchir, quand on sait que les PME structurent le marché de l’entreprise au Cameroun.

Selon les résultats du 2e recensement général des entreprises (Rge) réalisé par l’Institut nationale de la statistique (INS), le Cameroun compte un peu plus de 209 482 entreprises. Parmi elles, 99,08% sont des PME. Avec une contribution de 34% au chiffre d’affaires total des entreprises, elles emploient plus de 7 travailleurs sur 10, soit 72,26% des emplois permanents.

Lire aussi : Coronavirus : quel fond de soutient pour les PME

Ce faisant l’enveloppe allouée par le gouvernement pour relever ce secteur semble quelque que peu insuffisant pour combler les attentes « Si on ne peut pas négliger ce qui est donné, puisque le gouvernement lui-même a des contraintes budgétaires ou financière en ce moment le nombre de PME sinistrés est cependant très élevé et les besoins, notamment pour ce qui est de la trésorerie de ces PME sont encore plus importants, certainement au-delà de ce fonds spécial », relevait cette fois Daniel Claude Abate, président du Mecam, à nos confrères de Cameroon Business Today.

La question de la modicité de son enveloppe, Achille Bassileken n’a pas attendu qu’on la lui pose lors de son point de presse. Le Minpmeesa est resté avant-gardiste en affirmant que l’appui octroyé dans le cadre de ce fonds vient se greffer à une série d’autres mesures prise par le gouvernement en faveur des PME et implémentées par divers départements ministériels. Il y’a par exemple le Minepat qui est dépositaire de 10 milliards de FCFA pour le soutien au entreprises, le Minmitd qui s’est vu doter d’1 milliard pour le renforcement des capacités de production des industries pharmaceutiques locales.

Lire aussi : Financement des PME camerounaises : BGFI Bank ouvre une ligne de 10 milliards de FCFA

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer