A la UneDossiers
A la Une

Rétrospective : l’heure du bilan économique de la CAN 2021

Le rideau est tombé sur la 33e édition de la Coupe d’Afrique des nations de football le 6 février dernier, avec à la clé la victoire du Sénégal face à l’Egypte en finale. Les Lions de la Teranga ont donc décroché la cagnotte de vainqueur mise en jeu par la CAF, soit près de 3 milliards de FCFA. Pour sa part, le Cameroun, classé 3e de la compétition, a empoché 1,261 milliard de FCFA. Des entreprises locales ont également tiré leur épingle du jeu, en y participant pleinement grâce à des contrats de sponsoring décrochés auprès de la CAF. EcoMatin passe en revue quelques faits marquants du tournoi, sous l’angle économique.

La coupe d’Afrique des Nations de football 2021 n’aurait pas été aussi réussie sans le soutien de nombreux sponsors qui ont contribué à son rayonnement. Parmi ces derniers figurent en bonne place plusieurs entreprises camerounaises. Ces dernières, grâce au titre de « Supporter national» que leur a octroyé la Confédération africaine de Football (CAF), ont apporté, chacune dans leur domaine respectif, leur contribution pour le succès de cette 33e édition qui s’est déroulée sur le sol Camerounais.

Lire aussi : Lions Indomptables : les sinistrés de la bousculade d’Olembe témoignent leur gratitude

L’une des sociétés les plus en vue tout au long de cette compétition, c’était l’Union camerounaise des Brasseries (UCB). Grâce au statut de «Supporter national» que lui a octroyé la CAF, l’entreprise brassicole camerounaise a reçu des droits exclusifs sur la distribution d’eau minérale, de boissons gazeuses et de bières pendant toute la durée de la compétition. Une prérogative étendue sur les sites contrôlés par l’instance faitière du football africain. Notamment les fanzones aménagées pour la circonstance. Pendant un mois, les footballeurs internationaux ainsi que l’important staff qui les accompagnait, les délégations CAF, les arbitres, les journalistes, les nombreux supporters qui se sont rendus dans les stades et d’autres intervenants ont pu se délecter à satiété des produits proposés par UCB. C’était le cas dans tous les sites (Douala, Limbe, Bafoussam, Garoua et Yaoundé) retenus par la CAF. Aucune plainte sur la quantité et même la qualité n’a été formulée par les délégations. Une couverture des sites optimale qui rehausse le prestige de ce géant de l’industrie brassicole locale.

Camair-Co transport officiel de la CAN

Empêtrée dans un marasme économique qui dure depuis des années, la Cameroon Airlines Corporation (Camair-co), compagnie aérienne nationale, s’est donnée les moyens de rayonner positivement pendant la Coupe d’Afrique des Nations. Avant le début de la compétition, l’entreprise publique a renforcé sa flotte en procédant à l’acquisition d’un Airbus A320 destiné au transport des délégations venues assister à la Can «camerounaise». Elle a également augmenté de manière significative, la cadence de ses vols charters pour satisfaire le plus grand nombre de personnes. Des initiatives qui ont donn des résultats probants. Pour la seule journée du 29 janvier 2021, Camair-Co a transporté plus de 350 passagers (supporters tunisiens et Burkinabés et quelques membres du staff) en provenance de Yaoundé pour la ville de Garoua, ont indiqué nos confrères de Cameroon Tribune dans un article publié le 31 janvier 2022. Des vols comme ceux-ci se sont multipliés durant la compétition. En dehors de son airbus, la compagnie aérienne s’est abondamment servie de ses avions de type MA60 pour transporter plusieurs délégations (Malawi, Gambie etc.) d’un site à un autre, conformément à la programmation des matchs. Si la Cameroon Airlines Cooporation n’a pas encore officiellement fait le décompte du nombre de passagers qu’elle a transporté durant la Can, on peut sans aucune crainte subodorer que ce nombre avoisine le millier.

L’API, héraut de la promotion de la « destinations affaires  Cameroun »

La Coupe d’Afrique des Nations de Football qui s’est achevée le 6 février dernier, n’était pas qu’une simple vitrine pour les footballeurs. C’était également l’occasion pour le gouvernement Camerounais de vendre la destination touristique «Cameroun», mais également de vulgariser les opportunités d’investissements, afin de susciter l’intérêt des potentiels investisseurs. Cette mission stratégique a été confiée à l’Agence de promotion des investissements qui s’en est chargée à bras le corps. Du haut de son statut de Sponsor de la Can, l’établissement public s’est déployé de manière significative pour tenter de séduire le plus grand nombre de personnes. Pour cela, elle a procédé à l’aménagement d’un site sis au Palais des sports de Yaoundé, baptisé « Merveilleux Cameroun », dans lequel le Directeur Général de l’Agence de Promotion des Investissements(API), Marthe Angeline Minja et ses collaborateurs, ont régulièrement entretenu les hommes de média et des personnalités du monde des affaires sur le potentiel économique du pays des quintuples champions d’Afrique. «La Can représente un enjeu majeur de développement de l’attractivité du Cameroun. Il sera question pour l’API de tirer meilleur profit de la vitrine qu’offre cet important évènement pour intensifier ses missions de promotion de l’image de marque du Cameroun et de vulgariser les opportunités d’investissements afin de susciter l’intérêt des investisseurs et de drainer un flux massif d’investissements au Cameroun», expliquait Marthe Angeline Minja le 20 janvier 2022, dans le cadre d’une interview accordée à Cameroon Tribune.

Récompenses : le Sénégal empoche une prime de 2,868 milliards de FCFA

Le rideau est tombé sur la 33e édition de la Coupe d’Afrique de nations de football dimanche dernier, avec à la clé la victoire du Sénégal face à l’Egypte en finale. Une première consécration pour les Lions de la Teranga, qui couraient après dame coupe depuis des décennies, sans jamais pouvoir l’obtenir. Le Cameroun, hôte du tournoi, s’est avéré finalement être un porte-bonheur pour les équipiers de Sadio Mané. Les nouveaux rois d’Afrique vont devoir remporter la plus grosse cagnotte de la compétition, qui s’élève à 5 millions de dollars US, soit un peu plus de 2,868 milliards de FCFA, selon la grille des primes rendue publique par la Caf à l’entame du tournoi.

Lire aussi : CAN 2021 : le Groupe SABC offre une prime de 50 millions aux Lions indomptables

Cette enveloppe sera remise à la Fédération sénégalaise de football, et devrait servir au développement du football sénégalais. L’Egypte, finaliste du tournoi, va empocher pour sa part la somme de 1,577 milliard de FCFA, tandis que le Cameroun s’en tire avec une enveloppe de 1,261 due aux demi-finalistes de la compétition. Pour les quart-finalistes, chaque sélection percevra l’équivalent de 1,175 million USD, correspondant à 677,9 millions de FCFA.

Lire aussi : CAN 2021 : Comment l’arrière-pays suit les Lions Indomptables

Il importe de préciser que ces dotations ont été revalorisées par la Confédération Africaine de Football, au cours d’une réunion de son comité exécutif le 8 janvier dernier à Douala. La Caf avait alors approuvé une augmentation de 1,850 million USD (1,06 milliard de FCFA) de la dotation totale des primes de la Coupe d’Afrique des Nations. « Cette augmentation est conforme à l’engagement de la CAF de récompenser les meilleures performances et de renforcer le statut de sa compétition la plus prestigieuse, la Coupe d’Afrique des Nations », avait alors déclaré le président de la Caf, Patrice Motsepe.

Lire aussi : Drame d’Olembe : les Lions soutiennent les victimes

Chaque Lion indomptable a gagné 69,445 millions

Les Lions indomptables ont terminé 3e de la compétition, et chaque joueur a empoché la somme de 69,445 millions de FCFA, représentant les sommes cumulées depuis la participation jusqu’à la victoire face au Burkina Faso en match de classement. Il s’agit des primes décernées par le gouvernement camerounais, et rendues officielles peu avant le coup d’envoi de la compétition. D’entrée, la prime de présence a été fixée à la somme de 445 000 FCFA, et la prime de participation à 30 millions de FCFA. Par la suite, les Lions ont eu droit à des primes par objectif, 

avec notamment la prime de qualification pour le second tour, fixée à 15 millions, la prime de victoire en huitièmes de finale (9 millions), la prime de victoire en quarts de finale (10 millions), et la prime de la 3e place, soit 5 millions de FCFA. Si le Cameroun avait été sacré champion, chaque joueur aurait gagné 10,445 millions de FCFA. Il faut préciser que ces dotations n’ont rien à voir avec celles de la Fédération camerounaise de football, qui n’ont pas été dévoilées.

Paul Tjeg et Yannick Kenne

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page