Politiques Publiques

Route Mora-Dabanga-Kousseri : les consignes du Mintp pour une avancée rapide des travaux de réhabilitation

En visite sur ce chantier dans la région de l’Extrême-Nord, Emmanuel Nganou Djoumessi a instruit la démultiplication des ateliers le long de l’itinéraire et l’amélioration de la production de la carrière.

Même l’insécurité ambiante dans la région de l’Extrême-Nord  ne fait pas reculer le ministre des Travaux publics. Emmanuel Nganou Djoumessi en compagnie du Secrétaire d’Etat auprès du Mintp en charge des routes, Armand Ndjodom, ont en effet effectué du 17 au 20 juillet dernier, une visite des chantiers d’aménagement des itinéraires Mora-Dabanga-Kousseri (205km) ; Maroua-Mora (60 km) et Maroua-Bogo (45 km), à l’effet de s’enquérir de l’avancée des travaux et des éventuelles contraintes d’exécution. Sur le tronçon Mora-Waza, représentatif de ce qui se déroule sur l’ensemble de l’itinéraire Mora-Dabanga-Kousseri, les équipes du Génie militaire en charge des travaux se déploient dans la préparation des travaux de la chaussée et d’assaisonnement, avec quelques ateliers dédiés aux terrassements. Pour le moment, les activités sont beaucoup plus concentrées autour de la production des granulats à Waza où sont en même temps fabriquées des buses stockées. On relève par ailleurs l’acquisition des engins réservés aux travaux et la construction d’ouvrages de franchissement à l’entrée de la ville de Mora.

Une tendance générale qui a suscité les instructions du Mintp qui, tout en relevant les capacités du Génie militaire à réaliser ces travaux de réhabilitation, a instruit la démultiplication des ateliers le long de l’ensemble de l’itinéraire du projet et l’amélioration des capacités de production de la carrière et des produits issus de ce site. Un accent particulier a été être mis sur l’assistance du Matgénie et l’implication du Labogénie, respectivement sur l’acquisition d’autres équipements et la validation des essais. Tout comme une attention aura été focalisée sur la composante mécanisme de gestion des plaintes et encadrement des riverains qui font l’objet d’une prestation du projet, en raison de l’environnement sécuritaire de la zone. L’on relève ici que les activités de l’ONG contractualisée à cet effet redonnent vie aux populations qui ne cachent pas leur adhésion au projet. Des salles de classe dans ce cadre sont en construction et plusieurs populations ont reçu des appuis divers en termes de denrées alimentaires et d’équipements tels des moulins à écraser.

En rappel, les projets visités par le Mintp dans la région de l’Extrême-Nord s’inscrivent dans le cadre  l’amélioration des conditions de transport sur le corridor Douala-Ndjamena et du réseau national d’une part, et de la mise en œuvre du volet routier du Planut d’autre part. Les concertations avec les équipes-projets au cours de cette visite devaient permettre d’arrêter les différents plannings d’achèvement. Le projet de réhabilitation de la route Mora-Dabanga-Kousseri, précise-t-on, s’effectue en Régie axée sur les résultats (RAR), avec le Génie militaire comme organe d’exécution. Il englobe aussi bien les travaux routiers que des réalisations connexes. Les trois projets routiers vont à terme, améliorer la densité du réseau routier, ainsi que la qualité du trafic sur la Nationale No1, en ce qui concerne la route Mora-Dabanga-Kousseri, tout en garantissant une liaison aisée entre le Tchad et le Cameroun.

La réhabilitation de la route Mora-Dabanga-Kousseri mobilise aussi bien les financements de l’Etat du Cameroun et ceux de la Banque mondiale. Il en est de même pour le projet de construction de la route Maroua-Mora. Les travaux de bitumage de la route Maroua-Bogo sont quant à eux financés par l’Etat du Cameroun.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!