Chargement des breaking news...
Politiques Publiques

Secteur de l’électricité : Eneo réclame 150 milliards à l’Etat à fin juillet 2022

Pour rentrer en procession de son dû, l’énergéticien a décidé de procèder à une opération de recouvrement forcé auprès de ses créanciers. Cette opération consiste à des coupures ciblées d’électricité dans des administrations publiques concernées.

Publiée mercredi 28 septembre 2022 à 10:33:33Modifiée vendredi 3 mai 2024 à 10:48:29Temps de lecture 3 minPar Amina MALLOUM

Les créances de l’Etat due à l’entreprise Energy of Cameroon (Eneo) se chiffrent à 150 milliards de FCFA à fin juillet 2022. De cette enveloppe colossale, la part du lion revient aux  universités d’Etat ;  mairies et aux hôpitaux de référence  qui  cumulent  une dette de 24 milliards de FCFA depuis des années. La quote-part de Camwater, Alucam, et les communes sont respectivement de l’ordre de 16 milliards, 10 milliards ; et 9 milliards…, a-t-on appris d’une source à la direction générale d’Eneo Cameroon.  Une situation qui met à mal la trésorerie de l’entreprise et par conséquence son fonctionnement. D’autant plus que selon notre source  les mairies, hôpitaux de référence et universités d’Etat sont classés comme structures autonomes qui de ce fait ont la possibilité de gérer leurs factures d’électricité à partir de leurs propres budgets.

Lire aussi : Energie électrique : Eneo met fin à la gratuité des paiements mobiles des factures

Pour rentrer  donc en procession de son argent, la société en charge de la production et de la distribution de l’énergie a initié depuis plus d’une semaine une opération de recouvrement forcé de ses créances. « Cette opération consiste à des
coupures ciblées d’électricité sur des bâtiments appartenant à ces structures à l’exception des hôpitaux qui ont tout de même reçu de nouveaux courriers, et de certains sites dans les universités afin d’éviter de paralyser les cours et les travaux en laboratoire », renseigne notre source.  Le cas pratique de cette opération, est celui de l’université de Douala, qui, à elle seule enregistre une ardoise de 1,7 milliard. L’entité publique a vu sa fourniture en énergie électrique suspendue depuis plus d’une semaine déjà.

Lire aussi : Cameroun: les raisons de l’interpellation de Patrick Eeckelers, DG d’Eneo

Tout porte à croire que cette opération, semble  porter ses fruits. « Suite à ces actions, les échanges entre les responsables des structures ciblées et ceux d’Eneo se sont accrus débouchant dans certains cas sur des promesses de paiement, des paiements ou des avances de paiements. Dans d’autres cas, des contestations qu’Eneo se dit prête à examiner avec attention », fait savoir.

De l’équilibre financier du secteur de l’électricité dépend la stabilisation des réseaux et le développement du service. De nombreux efforts ont été faits ces dernières années pour  assainir les finances du secteur, la dernière opération en date étant celle menée en fin 2021 et portant sur un montant de 118 milliards de francs CFA. C’est une enveloppe qui a permis de régler partiellement les dettes de l’Etat vis-à-vis d'Eneo et à travers Eneo, des acteurs du secteur. Cela a permis d’éponger aussi partiellement des dettes croisées entre acteurs majeurs du secteur que sont EDC, Sonatrel, Globelec (Kpdc, Dpdc), Eneo Cameroon.  Au demeurant, la dette d’Eneo due à ses fournisseurs s’élève à 172 milliards à fin juillet 2022.

Lire aussi : Distribution énergétique : la contribution d’Eneo aux délestages s’élève à 33,2% au premier trimestre 2022

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner