Politiques Publiques

Septentrion : 45 millions de F pour mettre en place le projet d’autonomisation de la femme du Sahel

Ce projet financé par la Banque mondiale et piloté par le Ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire et le Ministère de la promotion de la femme et de la famille, vise entre autres à réduire la vulnérabilité des femmes du septentrion.

Le gouvernement Camerounais à travers un financement de la Banque mondiale, souhaite mettre sur pied le Projet régional d’autonomisation de la femme du Sahel et le dividende démographique en abrégé (Swedd). Pour ce faire, des responsables du Ministère de l’Economie, de la planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), ainsi que ceux venus du Ministère de la promotion de la femme et de la famille (Minproff) ont tenu le 19 août 2022, le premier comité de pilotage dudit projet. Au cours des travaux, il a surtout été question pour ces deux administrations chargées de l’encadrement des plans de travail de ce projet sur le terrain, de valider les plans stratégiques en accord avec les objectifs qui sont définis par ledit projet.

Lire aussi : Grace au Projet d’appui à la résilience économique, plus de 4000 emplois directs ont été crées en 3 ans dans le septentrion

Financé à hauteur de 45 millions de F, cette initiative vise principalement à autonomiser la femme du Sahel à travers des activités génératrices de revenus et de meilleures formations professionnelles. En effet, selon la Banque mondiale, plus de 700 000 jeunes filles des régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua, sont en situation de vulnérabilité. Cette situation est due au fait que, plusieurs d’entre elles ont été victimes de violences sexistes, sexuelles, des mariages précoces ou encore, victimes de la pauvreté de leurs ménages qui n’a pas favorisé la poursuite de leurs études. Le gouvernement camerounais et la BM souhaitent donc, à travers le Swedd, rattraper ce préjudice. Mais pour y parvenir, certaines barrières religieuses et sociales devraient être brisées.

Lire aussi : Santé néonatale et maternelle : le Septentrion accepte le chèque santé à près de 80%

«C’est un projet qui est entièrement axé sur les réformes. Ces réformes-là ne peuvent passer que si effectivement les barrières traditionnelles et religieuses sont brisées. De ce fait, il est question de travailler avec tous les leaders communautaires pour que le message puisse effectivement passer» souligne le Dr Alphonse Glory Mbali Ngami, coordonnateur national du projet Swedd. Le projet qui va s’étendre jusqu’en 2024, prévoit ainsi pour le volet éducation, plus de 8000 bourses scolaires qui seront distribuées à ces jeunes filles dans le but de les maintenir à l’école. Aussi, le Swedd va proposer plus de 4000 formations professionnelles dans divers domaines, notamment la santé avec la formation des sages-femmes.

Lire aussi : Chèque santé : près de 49.000 femmes enceintes à enrôler au Nord en 2022

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page