Conjoncture

Septentrion : le business des véhicules importés illégalement se porte bien

De nouvelles voitures entrées sur le territoire camerounais par les réseaux de contrebande saisis par la Douane à Garoua et à Banyo

Dans le cadre de l’opération Halte au commerce illicite (Halcomi), initiée par le ministère des Finances et conduite par la Direction générale des Douanes (Dgd), deux nouveaux véhicules importés illégalement sur le territoire camerounais depuis le Nigeria ont été saisis au cours de la seule semaine du 06 au 12 mai dernier dans le Septentrion. La première voiture, de marque Toyota High Lander sortie d’usine en 2010, a été rattrapée par les services de la Douane à Garoua, le chef-lieu de la région du Nord. Son chauffeur, de nationalité camerounaise et réputé récidiviste, était en possession de faux documents douaniers. La deuxième voiture, un Toyota Prado Land Cruiser sortie d’usine en 2016, a été rattrapée à Banyo, dans le département du Mayo-Rey (Adamaoua). Le 22 janvier 2019, la Direction générale des Douanes avait mis la main sur 22 autres véhicules en circulation sur le territoire camerounais sans aucun document authentique de dédouanement, dont 15 dans les deux régions citées plus haut, plus l’Extrême-Nord. Sept autres avaient été saisis dans le Sud et à l’Est.


>> Lire aussi – Importations : le plan fiscal pour lutter contre les vieilles voitures


Un peu plus tôt, le 03 janvier, un engin de Btp et une voiture de marque Mercedes ML 350 Matic étaient déjà tombés dans les mailles du filet dans la région du Sud.  Entre le 10 et le 17 mars 2019, c’est deux fourgonnettes et 12 véhicules de luxe qui avaient été rattrapés. Calculette en main, cela fait 36 voitures entrées par voie terrestre et sans aucun document douanier. Et, ce chiffre est loin de représenter la réalité de la contrebande des véhicules au Cameroun. Au cours du seul mois d’août 2018, la Dgd a annoncé avoir mis la main sur 46 véhicules entrés illégalement au Cameroun, dont 25 dans les trois régions septentrionales et le reste dans le Littoral, l’Est et le Sud. En juillet de la même année, 12 autres engins roulants avaient été retrouvés dans un domicile privé à Garoua.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!