Politiques Publiques
A la Une

Services médicaux : l’Etat perd 700 milliards chaque année en raison des paiements en argent comptant

Pour y remédier, le ministère de la Santé Publique va lancer le processus de digitalisation des paiements de certains services médicaux.

Une  récente étude menée par le ministère des Finances révèle que l’Etat perd chaque année 700 milliards dans les opérations numéraires liées aux paiements des services médicaux. La révélation a été faite au cours d’une réunion de concertation organisée le 11 août  dans les services du ministère de la Santé Publique (Minsante). Cette dernière avait pour but d’élaborer les modalités de mise en œuvre d’un projet global visant à réduire, voire à faire disparaître ce phénomène qui cause un important manque à gagner au trésor public. En effet, le Minsante veut implémenter des opérations de dématérialisation et de digitalisation des recettes non fiscales générées par les Formations Sanitaires publiques. De manière concrète,  Il s’agira dans un premier temps,  des certificats médicaux, des certificats médico-légaux, des consultations et les frais de morgue.

Lire aussi : Le ministre de la Santé veut maîtriser le circuit de distribution du médicament dans les formations sanitaires publiques 

L’un des aspects de ces nouveaux modes de paiement que le ministère de la Santé entend mettre en place connaît déjà une déclinaison opérationnelle dans certaines formations sanitaires de la ville de Yaoundé. L’Hôpital de District de Mvog-Ada, situé dans l’arrondissement de Yaoundé V a été choisi comme lieu d’expérimentation d’une phase pilote dédiée au paiement des certificats médicaux. Toutefois, pour le moment, les retours sont loin d’être élogieux. Au cours des échanges, des préoccupations liées à l’opérationnalisation de ce mode de paiement ont été abordées,  notamment le délai d’enrôlement, le volume d’information à renseigner par le patient, la validation, l’authentification et la traçabilité de ces documents… « Il est également apparu que la mise en œuvre de ce mécanisme de paiement des services médicaux, d’abord dans les villes de  Yaoundé et Douala, nécessite un ensemble de réformes législatives et réglementaires. Les premiers signes de cette innovation sont annoncés avant la fin du mois en cours », renseigne une source dans ce département ministériel.

Lire aussi : Crise sanitaire : 15 ministères exclus du partage des fonds de la Covid-19

Cette opération que lance le ministère de la Santé Publique rentre en droite ligne des objectifs de l’Etat visant à  optimiser la mobilisation des recettes publiques et garantir leur sécurité.

Lire aussi : Coronavirus: Manaouda Malachie fait appel à 500 personnels sanitaires

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page