A la UneBusiness et Entreprises
A la Une

Services mobiles, mobile money, parc d’abonnés : MTN consolide son leadership sur le marché camerounais

MTN sort une fois de plus vainqueur de son coude à coude avec Orange pour le contrôle du marché de la communication électronique au Cameroun. Qu’il s’agisse des services mobiles (voix, SMS, data), du Mobile Money et même du nombre d’abonnés actifs, l’opérateur sud-africain a enregistré une nette croissance de son activité tout au long de l’année 2022 ce qui lui permet de consolider son fauteuil de leader. Une performance réalisée dans un contexte difficile où l’entreprise est engluée dans une bataille judiciaire qui a conduit au gel de ses avoirs en banque. EcoMatin dresse une cartographie du marché de la communication électronique au Cameroun.

MTN Cameroon a dominé, en 2022 et pour la 4e année d’affilée, le marché de la communication électronique au Cameroun, si on s’en tient au rapport de l’observatoire annuel du marché des communications au Cameroun que vient de commettre l’Agence de régulation des télécommunications(ART). Selon le rapport, l’activité de l’opérateur sud-africain lui a généré un revenu de près de 300 milliards de FCFA (environ 500 millions de dollars) en hausse de 11% en glissement annuel. Les revenus ici évoqués prennent en compte les recettes issues des différentes activités menées sur le marché de gros (services d’interconnexions et d’accès, liaisons louées, partage des infrastructures, …) ainsi que sur le marché des services de communications électroniques de détail (services voix, SMS, Data, liaisons louées services à valeur ajoutée et vente des terminaux). 

De ce point de vue, MTN Cameroon totalise une part de marché de 51,22%, soit une hausse de 0,78 point par rapport à 2021. Orange Cameroon, son principal concurrent conserve la deuxième part de marché estimée à 47,37%, soit un revenu de 276,5 milliards de FCFA (458 millions de dollars) généré par l’activité du géant français des télécoms. Quant à l’opérateur public Camtel, il fait son entrée sur ce segment de marché en se positionnant à la 3ème place avec une part estimée à 1,41%. L’ART ne prend pas en compte l’opérateur Viettel qui n’a pas fourni de données. Cette performance, l’opérateur sud-africain la doit à une nette croissance de son activité sur la fourniture des services mobile et du Mobile money.

lire aussi : Cameroun : les activités téléphoniques de MTN, Orange et Camtel ont généré 584 milliards de Fcfa de revenus en 2022 (+10%)

Voix, data, SMS

Concernant les services internet, le volume de données consommées en 2022, par les abonnés de MTN est ressorti à 222 617 634 giga octet (Go), soit un bond de 40% par rapport à 2021. Ce qui en fait l’opérateur le plus sollicité des camerounais pour les services internet fixe et mobile. Par ailleurs, la fourniture d’internet pèse plus de 1/3 des revenus de la société. Elle s’est établie à 101 milliards FCFA soit une variation positive de 25,4%. MTN devance ainsi Orange Cameroun sur ce segment qui a engrangé 96,7 milliards FCFA sur le data, représentant 211 589 000 Go consommés (+76%).

L’ART ne donne pas les spécificités des segments voix et SMS, mais indique que les revenus issus de la commercialisation de ces services « classiques » ont connu des variations diverses, estimées à +4,33% pour les services voix et à -9,93% pour le SMS par rapport à 2021. L’opérateur sud-africain reste également leader en matière de nombre d’abonnés actifs avec 10,6 millions d’abonnés, suivi de Orange Cameroun (9,7 millions) et de Camtel (569 934) soit un total de 21 millions d’abonnés recensés à fin 2022.

Mobile Money

Au sujet des revenus générés par l’activité́ de fourniture des services financiers sur mobiles, le rapport de l’ART ne compile que les données de MTN Mobile Money Corporation et Orange Money Cameroun SA, les autres fournisseurs de ce service notamment les banques (UBA, Afriland) n’entrant pas dans son champ de couverture. Sur ce segment encore, MTN arrive en tête avec un chiffre d’affaires de 46,2 milliards FCFA contre 44,5 milliards FCFA pour son principal concurrent. Le sud-africain chipe ainsi la place de leader du mobile money à Orange Cameroun qui a connu une baisse de 2,2% de son activité en 2022.   

lire aussi : Affaire Danpullo-MTN : la justice place Afriland First Bank sous astreinte de 50 millions FCFA par jour

L’affaire Danpullo en ligne de mire

La consolidation de son leadership en 2022 est la preuve que MTN est parvenu à mitiger les effets de la bataille judiciaire qu’elle est forcée de mener depuis plus d’un an contre l’homme d’affaires Baba Ahmadou Danpullo. Ses comptes bancaires (montant estimé à près de 144 milliards de FCFA) sont bloqués depuis septembre 2022 par la justice camerounaise. L’opérateur a même dû s’endetter à hauteur de 91,5 milliards de FCFA durant le premier semestre 2023 pour financer ses activités.

Une situation qui, même si elle est loin de peser sur le fonctionnement de MTN aujourd’hui, sera intenable sur le long terme. « La réalité est que notre argent est toujours saisi. Mettez-vous un moment à notre place. Si vous aviez de telles sommes d’argent et qu’il ne vous soit pas possible d’y accéder, votre activité ne serait-elle pas fortement perturbée ? Oui, vous pouvez peut-être gérer la situation un jour, une semaine, deux mois, un an, mais vous ne pouvez pas la gérer indéfiniment. Sommes-nous en train de fonctionner ? Oui. Est-ce difficile de fonctionner dans ces conditions ? Oui, sans aucun doute. Dans tous les cas, c’est une question qui doit être résolue », avait réagi Mitwa Ngambi, la directrice générale de MTN Cameroon dans une interview accordée en octobre à EcoMatin.

Pour renforcer son assise dans le pays et dans l’espoir que ses déboires judiciaires prennent fin, le MTN Group envisage investir plus de 136 milliards Fcfa au Cameroun sur les trois prochaines années. C’est du moins ce qu’a laissé entendre son président, Ralph Mupita, au sortir d’une audience avec le Premier ministre Joseph Dion Ngute, ce 25 août à Johannesburg (Afrique du Sud), en marge du 15e sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Ces investissements visent principalement l’amélioration de la qualité du réseau.

A LIRE AUSSI :

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page