A la UneBanques et Finances

Société Camerounaise de Banque: les raisons du départ de Mohammed Mejbar

De sources fiables, EcoMatin a appris que l’actuel directeur général de la Société Commerciale de Banque (SCB) au Cameroun Mohammed Mejbar, est sur le départ. Les administrateurs ont en effet choisi Alexandre Beziaud pour prendre la tête de cet établissement bancaire comme nouveau directeur général: les raisons

De sources concordantes à l’intérieur de la banque, Mohammed Mejbar a annoncé son départ à ses collaborateurs hier mardi 09 janvier. S’il laisse une banque financièrement solide selon la Beac qui la classe parmi les plus performantes du pays, il est important de rappeler que sa gouvernance a été émaillée de plusieurs scandales qui auraient pu avoir des conséquences désastreuses pour la banque sous d’autres cieux. « Son départ était prévisible. Rien que pour l’année 2019, ce gars a eu un redressement fiscal, des pénalités douanières, des pénalités de la banque centrale, des injonctions de la Cobac… » Laisse entendre à EcoMatin une source au Cabinet du ministre des finances. « Un temps le Gouverneur de la Beac a volé a son secours face à la pression de son siège avec des lettres de félicitations pour bonne application de la nouvelle réglementation  sur le change, mais il y avait déjà tout l’aspect fiscal et douanier à gérer. Vraiment il a trop accumulé, on se demandait comment il fait pour résister » rajoute la même source.

Le scandale des 1200 milliards

On se souvient par exemple du scandale révélé par EcoMatin en mai 2019, lié à la crise des devises au sein de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac). L’affaire avait éclaté à la suite d’une mission de contrôle de la Beac qui avait révélé que SCB Cameroun n’avait pas rétrocédé, entre 2017 et 2019, quelque 1 200 milliards de FCFA de devises à la Banque centrale, optant plutôt de spéculer hors zone CEMAC, sur des opérations de commerce international alors que la sous région vivait une des pire crise de devises de son histoire. « C’est grâce a notre intervention que ces sanctions n’ont pas été appliquées. Si elles avaient été appliquées, nous aurions perdu la SCB » nous laisse entendre une source proche du cabinet du Ministre des finances.


Lire aussi :Affaire Mebe Ngo’o: la Société commerciale de Banque du Cameroun éclaboussée


Des dossiers judiciaires en suspenses

On peut également rappeler les interpellations et les incarcérations de cadres de la banque, soupçonnés d’être au centre d’un vaste réseau de virement occultes qui ont fait perdre plus de 2 milliards de Fcfa a la Banque. Une ténébreuse affaire de détournement de fonds dont l’enquête n’a toujours pas connue son épilogue et pour laquelle Mohammed Mejbar devrait encore s’expliquer devant la justice camerounaise.


Lire aussi :Crise des devises: un scandale de 1200 milliards à la Société Commerciale de Banque du Cameroun.


Il en va de même de l’interpellation de Victor Emmanuel Menye, directeur général adjoint de la banque dans le cadre d’une affaire judiciaire où il est reproché des malversations financières, à hauteur de milliards, à l’ancien ministre de la Défense, Edgard Alain Mebe Ngo’o. Bien qu’a couteau tiré avec Mejbar, ce dernier se serait officiellement réjouit de cette interpellation devant des salariés de sa banque. « C’est un geste que ne lui ont jamais pardonné les proches collaborateurs de Victor Emmanuel Meney et ces derniers ont passé beaucoup de temps a lui pourrir l’existence tout au long de son mandat » nous confie une source en interne qui ajoute : « Victor a encore de long couteau bien tranchant ici »

Un climat social délétère

« Parlant justement de climat social, celui ci était devenu pourri ici « . « Le ton avec lequel il s’adressait a ses collaborateurs était inélégant et inacceptable » affirme notre source proche. « L’image de la SCB Cameroun avait également été écornée par des dénonciations des divers camps formés entre les employés, qui se dénonçaient mutuellement de trafics d’influence, d’intimidations, d’abus de pouvoir, de détournements massifs, de chantage, de corruption, etc. Autant de défis auxquels devra faire face le nouveau directeur général de SCB Cameroun » soutien encore notre source.

Nos sources soulignent aussi que l’Etat camerounais (qui détient 49% des actions) et le groupe bancaire marocain « souhaitent donner de la SCB l’image d’une banque  internationale et non pas Marocaine ». Alexandre Beziaud qui n’est pas marocain devrait en tout cas travailler dans ce sens.

Alexandre Beziaud lui n’est pas un inconnu du secteur dans le pays, milieu dans lequel il revient après avoir disparu des radars durant un an environ. C’est en effet l’ancien directeur général de la Société générale de banque au Cameroun (SGBC) et c’est lui qui était aux commandes lorsque, sous l’impulsion de l’Hexagone, la banque avait changé de dénomination pour devenir Société Générale Cameroun (SGC). « Sa nomination doit être validée par la Commission bancaire d’Afrique central (Cobac) » affirme a EcoMatin une source de la Cobac. « Pour le moment, nous n’avons pas encore reçu officiellement ce dossier« . La Cobac est le gendarme du secteur dans la sous région.

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!