Chargement des breaking news...
Conjoncture

Statistiques : les premiers pas du recensement de l’agriculture et de la population

Les coordinations nationales du quatrième recensement général de la population et de l’habitat (4ème Rgph) et celui du module de base du recensement général de l’Agriculture et de l’élevage (Rgae), viennent de lancer le recrutement de 598 contrôleurs devant assurer la collecte des données, sur l’étendue du territoire national.

Publiée mercredi 28 juillet 2021 à 19:08:55Modifiée mercredi 28 juillet 2021 à 19:09:12Temps de lecture 4 minPar Cindy MBALA BETINE

Annoncé pour le mois de juin 2021, les premiers profils du quatrième recensement général de la population et de l’habitat (4ème Rgph) et celui du module de base du recensement général de l’Agriculture et de l’élevage (Rgae), pointent l’horizon. La justification est tout simplement le recrutement de 598 contrôleurs que vient de lancer les coordinations nationales du 4ème Rgph et du Rgae.

Lire aussi : Statistiques agricoles: le recensement général agricole dans les tiroirs depuis 8 ans

«Placé sous la supervision des Coordonnateurs nationaux du quatrième recensement général de la population et de l’habitat et celui du module de base du recensement général de l’Agriculture et de l’élevage, le contrôleur est entre autres chargé de : former les agents recenseurs, organiser et de suivre l’exécution de la collecte des données dans sa zone de contrôle et transférer les données collectées par les Agents recenseurs vers le serveur central », renseigne le communiqué rendu public par les autorités compétentes.

Lire aussi : Population, agriculture et élevage : les recensements généraux attendus depuis quatre ans

Le profil recherché ici doit : être âgé de 25 ans au moins et de 50 ans au 1er janvier de l’année en cours ; travailler dans le département ou l’arrondissement sollicité ; être personnel de l’Etat (professionnel de la statistique, de l’agronomie, de la zootechnie et autres personnels de l’Etat de niveau au Bac+3 au moins) ; être aptes physiquement ; avoir une connaissance de l’outil informatique etc. Il est alors demandé que les soumissionnaires à ce recrutement disposent de trois aptitudes : maitriser une des langues locales de l’arrondissement sollicité, travailler en équipe et sous pression et disposer d’un permis de conduire de catégorie A.

Longtemps attendu

Ce recrutement que vient de lancer le Coordination nationale du recensement général de l’Agriculture et de l’élevage, vient confirmer ce qui avait été annoncé par le Comité technique national du Recensement Général de l’Agriculture et de l’Elevage, lors de la 8ème session du Comité technique, le 1 février dernier. Durant cette rencontre le ministre de l’Agriculture et du développement rural (Minader), Gabriel Mbairobe s’est voulu rassurant : « A cette date, nous pouvons dire que toutes les diligences administratives ont été faites. Nous commençons à voir le bout du tunnel. A partir du mois de mars 2021, nous entrerons dans la phase active du Rgae qui va connaitre son apothéose en juin-juillet par le dénombrement », faisait-il savoir.

Lire aussi : Où est passé le recensement de la population ?

L’on se souvient que c’est depuis 2013 que le Rgae est annoncé au Cameroun, prévu pour durer 42 mois, s’étalant de juillet 2013 à décembre 2016. La stratégie de mise en œuvre prévue à cet effet s’articulait en quatre phases: la phase I (Juillet – Décembre 2013): Elaboration des documents techniques du RGAE (Préparation administrative et technique du RGAE, Renforcement des capacités techniques et opérationnelles) ; la phase II (Janvier – Décembre 2014): Réalisation des Modules de Base et Communautaire (Dénombrement exhaustif, Traitement informatique, Analyse et Diffusion des résultats) ; la phase III (Janvier2015 – Décembre 2016): Réalisation des Modules Complémentaires/Thématiques (Dénombrement par sondage, Traitement informatique, Analyse et Diffusion des résultats) ; la phase IV (Juillet 2013 – Décembre 2016): Consolidation de CountrySTAT (Dissémination/Archivage des données du RGAE, des enquêtes et des statistiques courantes).

Il faut rappeler que la tenue de ces deux recensements permettra au Cameroun de se doter de statistiques fiables pour le suivi et l’évaluation des initiatives en faveur des secteurs agropastoral, halieutique et rural.

Lire aussi : Développement: ce dividende démographique qui hypothèque l’émergence

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner