Contentieux judiciaires
A la Une

Succession Monkam : la Cour d’Appel du Littoral se prononce sur  l’administration séquestre querellée le 25 mars prochain

Le Tribunal de première instance de Bonanjo avait désigné le 27 mai 2021 une administration séquestre pour gérer le patrimoine successoral, suite à la requête d’un des fils Monkam. Mais certains de ses frères et sœurs s’y étaient opposés et avait interjeté appel. Le verdict sera donc connu dans moins de deux mois.

De nouveaux rebondissements en perspective dans la guerre de succession au sein de la famille Monkam, entre ayants-droits du richissime homme d’affaires et magnat de l’immobilier, décédé le 21 février 2021 en Afrique du Sud. Après la mise sous administration séquestre de ses biens par ordonnance du Tribunal de première instance de Douala-Bonanjo le 27 mai 2021, à la demande du nommé Alain-Christian Monkam Nganou, l’un des fils Monkam, 11 des 23 ayants-droits du défunt s’étaient opposés à cette décision, et avaient entrepris de saisir la Cour d’Appel du Centre, à l’effet de faire annuler l’ordonnance du Tpi de Bonanjo.

Lire aussi : Les administrateurs séquestres des biens de Pascal Monkam sont connus

EcoMatin a appris que les débats à la Cour d’Appel sont arrivés à leur terme, que l’affaire a été mise en délibéré pour le 25 mars 2022. De deux choses l’une : soit la cour va débouter les 11 requérants dans cette affaire contre leur frère Alain-Christian Monkam, et donc ordonner le démarrage de la mission des administrateurs-séquestre ; ou alors, elle va leur donner gain de cause et suspendre l’exécution provisoire de l’ordonnance du TPI du 27 mai 2021. Mais le plus important reste à venir : la procédure sur le fond du séquestre (annulation ou confirmation de l’ordonnance) a démarré depuis le 5 janvier 2022 et la prochaine audience est fixée au 25 mars 2022.

Lire aussi : Succession : les prémices d’un retour à l’apaisement chez les Monkam

Il importe de rappeler que le Tpi de Bonanjo avait déjà désigné l’équipe d’experts chargée de gérer le patrimoine de Pascal Monkam, jusqu’à la désignation d’un organe de gestion provisoire accepté par tous. Ladite équipe est chapeautée par Peggy Kapche Tazanou, qui officie comme expert judiciaire en finances à la Cour d’Appel du Littoral depuis 2017. Il est accompagnée dans cette mission par un administrateur-syndic liquidateur, Paul Alphonse Soppo, et d’un expert immobilier, André Abanda.

Lire aussi : Les biens de Pascal Monkam placés sous administration séquestre

De l’important patrimoine de Pascal Monkam, il s’agit précisément : des loyers détenus par les locataires de l’immeuble Ecobank sis à Bonanjo, tous les revenus et actions de feu Monkam Pascal détenus dans les hôtels la Falaise de Bonanjo, Résidence La Falaise d’Akwa, la Falaise Diamond de Bonanjo, les appartements meublés sis à Bonapriso mitoyens à la Pharmacie De Gaulle, hôtel La Falaise de Bonapriso, les ristournes et toutes les dividendes des concessions et des contrats de distribution brasserie signés par le défunt, soit à titre personnel soit sous le label de la Société des Etablissements Monkam (SEM), et quel qu’en soit l’agence des Brasseries assignataire au contrat, de toutes les devises en monnaie étrangère, tous les comptes bancaires personnels et coffres forts appartenant à feu Monkam Pascal et la société où il était actionnaire, tous titres, loyers, avoirs et actions du défunt et tous autres revenus générés par ses biens meubles ou immeubles situés dans le ressort du Tribunal de première instance de Douala Bonanjo.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page