Filières

Tic : Le Cameroun compte plus de 50 fournisseurs d’accès internet en activité

Lesdits fournisseurs d’accès internet, hormis les opérateurs de téléphonie mobile, comptabilisent un peu plus d’un million de clients. Même si les problèmes de connexion sont récurrents.

Les données sont du ministère des Postes et télécommunications (MINPOSTEL). Au Cameroun, plus de 50 opérateurs fournissent aux populations et aux entreprises l’accès à l’Internet. Ils comptabilisent un peu plus d’un million de clients sur l’ensemble du territoire.

Ces statistiques n’intègrent pas forcément les opérateurs de téléphonie mobile que sont MTN Cameroon, Orange Cameroun, Nexttel, ainsi que Cameroon telecommunications (CAMTEL), opérateur historique de gestion de la fibre optique dans le pays. Parmi les fournisseurs d’accès internet (FAI) listés, on peut citer Afrikanet, Yoomee, Ipersat, Matrix Telecoms, Creolink, Waza Telecoms ou encore Gosat Cameroon.

Un FAI est généralement une entreprise, et parfois un groupe associatif, qui offre une connexion internet aux clients. Le raccordement de l’utilisateur au fournisseur d’accès internet se fait à travers une boucle locale : en cuivre (ADSL), câble coaxial (Docsis), fibre optique (FTT), par radio (Wimax ou hot-spot wifi) ou par satellite (internet par satellite).

Coûts d’accès aux services

Au Cameroun, les coûts d’accès aux services des FAI (exclus les opérateurs de téléphonie) varient en fonction de l’entreprise. Mais en moyenne, selon plusieurs études, une box ADSL par exemple coûte en moyenne 27 500 FCFA par mois. Plus clairement, les coûts varient entre 20 000 FCFA et 45 000 FCFA, selon les besoins des utilisateurs.

La multiplication des FAI au Cameroun participe de la démocratisation de l’utilisation de l’internet dans le pays. Dans l’annuaire statistique des télécommunications et Tic au Cameroun, publié au mois d’août par le MINPOSTEL et l’Institut national de la statistique (INS), il ressort une amélioration de l’offre internet dans le pays.

Entre 2006 et 2016, la largeur de la bande Internet est passée de 159 à 32 500 Mbits pour l’internationale, et de 132 à 40 000 Mbits pour la nationale. Entre 2011 et 2015, le nombre d’abonnés Internet a explosé, passant de 47 581 à 11,6 millions pour un taux de pénétration d’environ 52%.

 

Seulement, ces progressions sont l’arbre qui cache la forêt. De nombreux utilisateurs se plaignent en effet de la mauvaise qualité de la connexion, celle-ci étant souvent capricieuse selon que l’on se trouve dans les grands centres urbains ou en périphérie. De nombreuses entreprises sont régulièrement victimes d’interruption d’accès internet, pour des problèmes techniques. D’autres reçoivent une connexion qui ne correspond pas toujours à leurs besoins, à cause d’un signal très faible. Ce qui a forcément des incidences négatives sur leurs activités.

L’illustration est faite notamment dans le domaine du e-commerce. L’an dernier, Kone Dowogonan, chief executive office de Jumia Cameroun, se plaignait des contraintes de l’Internet. « Pour fluidifier Internet il y a encore un fort déploiement à effectuer (…) Il faut que la fibre optique couvre tout le territoire national. Justement, des soucis liés à des pannes ont entaché la connexion Internet dans tout le pays. Une situation qui a eu un coup considérable sur le commerce en ligne au Cameroun », avait-il alors déclaré lors d’un point de presse. Une manière de conclure que la qualité de l’accès à internet serait plus appréciable que l’augmentation du nombre de FAI.

La Rédaction EcoMatin

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!