A la UneBusiness

Tourisme: de belles perspectives pour le tourisme d’affaires au Cameroun

Malgré la perte de l’organisation de la CAN 2019 qui devait rapporter aux caisses de l’Etat un peu plus de 205 milliards de FCFA, le tourisme d’affaires demeure une alternative sérieuse susceptible de booster l’activité touristique toujours à la traine malgré le riche potentiel du Cameroun.

Dans la perspective de l’organisation de la CAN, le gouvernement Cameroun tablait sur des  recettes exceptionnelles: les  arrivées de touristes devaient générer 75 milliards de francs CFA de frais de visa, 10 milliards de frais de timbres d’aéroport et 120 milliards de francs CFA de taxes touristiques reversées à l’Etat. Soit un total partiel de 205 milliards de francs CFA.  Mais le retrait de la compétition au pays des Lions indomptables, a malheureusement contraint  à une révision totale de ces perspectives  malgré des investissements déjà chiffrés à environ 750 milliards. Une contre-performance dont se serait passé le pays qui peine déjà depuis des années à faire décoller son activité touristique au regard de  son riche potentiel  constitué de sites naturels, parcs, montagnes et plages composent ce patrimoine riche de plus de 800 sites touristiques.


>> Lire aussi – Africa CEO Forum 2019: comment faire de l’intégration économique africaine une réalité


Le tourisme d’affaires  de manière globale représente environ 20 % des activités touristiques  à l’échelle de la planète

Le Cameroun, notamment à travers le secteur privé, pourrait se rabattre vers le tourisme d’affaires qui fait bien recettes dans les pays tels que le Maroc, le Nigeria ou encore la Cote d’ivoire (60% des recettes). Rappelons que le tourisme d’affaires comprend les activités telles que  les congrès, les salons, les conventions d’entreprise, les voyages de récompense ou les voyages d’affaires individuels réalisés par les commerciaux. Le tourisme d’affaires  de manière globale représente environ 20 % des activités touristiques  à l’échelle de la planète.

Selon le  World Travel & Tourism Council (WTTC), le tourisme d’affaires au Cameroun pourrait générer  un chiffre d’affaires de 1 068,9 milliards de francs CFA à l’horizon 2028. Le tourisme d’affaires, manifeste à travers des évènements tels que Promote, le plus grand salon de l’entreprise de toute la sous-région, est  donc plus pourvoyeur de capitaux à l’économie camerounaise que toutes les autres formes de tourisme  en proie à un déficit d’investissements et une obsolescence des infrastructures.

Afrique : 67 millions de touristes en 2018… mais peut mieux faire

Les chiffres du tourisme en Afrique durant la saison 2018 sont positifs à l’instar de la tendance mondiale  qui supplante le niveau de la croissance mondiale. Cependant, le continent noir n’engrange pas encore assez  les recettes correspondantes à ses impressionnants atouts touristiques. Classée en seconde place après le Moyen-Orient (10% de taux de croissance), l’Afrique affiche  une croissance de son activité touristique de 7% en 2018. Au compteur, 67 millions de touristes internationaux répartis à hauteur de 10% pour l’Afrique du Nord et de  +6% pour l’Afrique subsaharienne.

A l’échelle internationale, cette performance du continent africain s’avère toutefois bien modeste encore, loin de son plein potentiel : le continent ne capte que 3% des revenus que le tourisme génère dans le monde. Un véritable paradoxe au regard du potentiel naturel et des opportunités sur le continent, où les États ont besoin d’investir et où la problématique de l’emploi est des plus aiguës. De fait, nombre de grandes villes africaines souffrent encore d’un manque de capacités d’accueil  attisant l’appétit de grands groupes et des sites touristiques établis de longue date tombent dans l’obsolescence totale. Les nombreux projets d’hôtellerie qui se multiplient à travers le continent promettent cependant  de belles perspectives à l’instar du groupe Marriott qui prévoit 200 hôtels à son enseigne pour 37 000 chambres à l’horizon 2026.

Selon  le Conseil mondial des voyages et du tourisme, la contribution totale du tourisme au PIB du continent devrait augmenter à 178,5 milliards USD en 2027 (soit 7,3% du PIB). La contribution totale du secteur sur l’emploi devrait passer à 22,3 millions d’emplois en 2027, intégrant les femmes et les jeunes. Plusieurs secteurs comme les transports, la restauration, les services et l’agriculture, sont concernés. Mais pour atteindre ces belles perspectives, les nations africaines, au-delà de la résolution de leurs défis réglementaire et infrastructurel, devront également se donner les moyens de tirer le meilleur des richesses naturelles dont elles disposent.

D’excellentes performances à  l’échelle mondiale en 2018

A travers les diverses régions du monde en 2018, l’activité touristique affiche des chiffres remarquables blottis sur une tendance haussière depuis une décennie. Un bond de performance de 6% qui  renforce la position du tourisme  comme un levier majeur de croissance à l’échelle mondiale. Selon le Rapport 2019 sur les tendances de l’économie mondiale du tourisme conjointement publié par la Fédération mondiale des villes touristiques (WTCF) et le Centre de recherche touristique de l’Académie chinoise des sciences sociales (TRC-CASS), le nombre total de touristes dans le monde en 2018, s’est élevé à 12,1 milliards de personnes, ce qui correspond à 580 millions de personnes en plus comparé à l’année précédente, soit un taux de croissance de 5,0 %. Sur le registre des arrivées internationales, les chiffres sont aussi fort élogieux .Selon le baromètre OMT du tourisme mondial, les arrivées de touristes internationaux en 2018 sont estimées à 1.4 milliard, soit une augmentation de 6% à l’échelle de la planète. Un taux de croissance qui se hisse au-delà du taux de croissance mondiale de l’année 2018 établi à 3.7%.

Cette performance prématurée,  initialement projetée à 2020 par une étude prospective de 2010 de  l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT), est la résultante de tarifs aériens plus abordables, des innovations technologiques, d’une diversification sans cesse accrue de l’offre touristique  et des progrès en matière de facilitation de la délivrance des visas à travers le monde. La croissance soutenue du tourisme observée durant cette dernière décennie (2008-2018) confirme que le secteur est, aujourd’hui, l’un des moteurs les plus puissants de la croissance économique et du développement. Selon Zurab Pololikashvili, « il incombe de gérer cette croissance sur un mode durable et de la convertir en retombées concrètes pour tous les pays, en particulier pour toutes les populations locales, par des créations d’emplois et des possibilités d’entrepreneuriat, sans faire de laissés-pour-compte »

Performances  par région

Les arrivées de touristes internationaux en Europe ont atteint 713 millions en 2018, enregistrant une hausse remarquable de 6% après une année 2017 extrêmement favorable. La croissance a été tirée par l’Europe méridionale et méditerranéenne (+7 %), l’Europe centrale et orientale (+6 %) et l’Europe occidentale (+6 %). Les résultats de l’Europe du Nord ont été stationnaires en raison de la faiblesse des arrivées au Royaume-Uni.

L’Asie-Pacifique (+6 %) a enregistré 343 millions d’arrivées de touristes internationaux en 2018.  Les arrivées en Asie du Sud-Est ont augmenté de 7 %, suivies de l’Asie du Nord-Est (+6 %) et de l’Asie du Sud (+5 %).  L’Océanie a connu une croissance plus modérée (+3 %).

Les Amériques (+3 %) ont reçu 217 millions d’arrivées internationales en 2018, avec des résultats variables d’une destination à une autre. C’est l’Amérique du Nord qui est arrivée en tête de la croissance (+4 %), suivie de l’Amérique du Sud (+3 %), tandis que l’Amérique centrale et les Caraïbes (-2 %) ont eu des résultats très mitigés, les Caraïbes pâtissant des effets des ouragans Irma et Maria de septembre 2017.

Les données en provenance de l’Afrique font apparaître une croissance de 7% en 2018 (+10 % pour l’Afrique du Nord et +6 % pour l’Afrique subsaharienne), avec un total estimé à 67 millions d’arrivées.

Le Moyen-Orient (+ 10%) affiche des résultats solides en 2018, consolidant le redressement de 2017, avec 64 millions d’arrivées de touristes internationaux.

Les Chinois, plus grands voyageurs.

Selon les données de l’Académie chinoise du tourisme (CTA), l’année dernière, les voyageurs chinois ont effectué 140 millions de voyages à l’étranger, chiffre en hausse de 13,5% par rapport aux 129 millions de l’année précédente. Par ailleurs,  lors de leurs voyages dans 157 pays et régions, les voyageurs chinois ont dépensé plus de 120 milliards de dollars, contre 100 milliards de dollars en 2017. Des performances qui font de  la Chine le leader de l’industrie touristique mondiale, à la fois en termes de nombre de voyages et de sommes d’argent dépensées.


>> Lire aussi – Attractivité : Le Cameroun reste une destination touristique, malgré les crises sécuritaires


En termes de destinations, les touristes chinois sont de plus en plus attirés par les zones moins fréquentées telles que l’Antarctique, ce qui, d’après les données de la CTA, pourrait attirer jusqu’à 10 000 voyages de visiteurs chinois en 2019. Cela signifie qu’un touriste sur cinq en Antarctique sera originaire de Chine. Mais les destinations traditionnellement populaires telles que la Thaïlande, le Japon et la Corée du Sud devraient également rester parmi les choix favoris des voyageurs chinois.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Rejoignez 1 autre abonné

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!