A la UneConjoncture

Tradex réclame 52,7 milliards FCFA de factures impayées à Eneo

L’entreprise de distribution des produits pétroliers a demandé au Tribunal de grande instance de Douala de condamner Energy Of Cameroon à lui régler des factures de carburant qui lui sont restées impayées depuis plusieurs mois 2013 et 2017. Montant total : un peu plus de 52,7 milliards FCFA.

La première audience de l’assignation aux fins de la procédure de liquidation des biens d’Eneo aura lieu le 9 décembre auprès du tribunal de grande instance de Douala, renseigne Jeune Afrique. Ladite assignation a été servie le 19 novembre à l’énergéticien que pilote Joël Nana Kontchou.

Prévue à l’article 28 du code Ohada, cette procédure est « l’arme fatale des créanciers quand une entreprise est en difficulté. Elle ne fait qu’ouvrir la procédure. Si le juge estime la demande fondée, cela débouche sur la procédure de liquidation qui mènera à la dissolution », observe un avocat spécialiste du droit des affaires.

Au sein d’Eneo, une source anonyme citée par JeuneAfrique relativise cette action de Tradex. « Elle vise simplement à nous mettre la pression. Nous-mêmes avons intenté des actions de même nature à l’endroit de certains de nos clients », indique-t-elle. A la différence que cette assignation intervient moins d’une semaine avant la tenue d’un conseil d’administration stratégique pour l’énergéticien.

A l’origine du différend, le non règlement par Eneo des factures de la filiale de la SNH que dirige Perrial Jean Nyodog, qui lui fournit le fioul pour le fonctionnement de ses centrales thermiques. A fin avril, cette dette s’élevait à 43,3 milliards de FCFA. Elle est aujourd’hui estimée à 52,7 milliards de FCFA.

En août, le trader saisit le président du tribunal de première instance de Douala afin que ce dernier ordonne la saisie des comptes de la filiale d’Actis, car le montant de la créance est alors de 56 milliards de FCFA. C’est alors que le ministère camerounais de la Justice entre en jeu et institue une conciliation menée par son secrétaire général, Joseph Fonkwe Fongang. La démarche, qui a donné lieu à plusieurs rencontres à Yaoundé, n’a débouché sur aucune avancée.

« Eneo reconnaît avoir une dette conséquente envers Tradex et aussi envers d’autres fournisseurs du secteur électrique au Cameroun. Il continuera à travailler avec toutes les parties prenantes, y compris l’Etat et les bailleurs de fonds, pour régler le problème de l’équilibre financier du secteur électrique au Cameroun », a réagi Joël Nana Kontchou, contacté par JAB+.

Détenu à 51% par le fonds britannique Actis et 44% par l’Etat, Eneo a réalisé un chiffre d’affaires de 298,6 milliards de FCFA en 2018, pour un résultat net de 11 milliards de FCFA. Présent au Cameroun, au Tchad, en RCA et en Guinée équatoriale, Tradex, propriété de la SNH (54%), de Geogas (35%) et de SAP (11%), a enregistré un chiffre d’affaires de 271,7 milliards de FCFA l’année écoulée, pour un bénéfice de 8,9 milliards de FCFA.

Articles Liés