Conjoncture

Transactions financières : comment améliorer l’inclusion financière à travers la numérique

C’est la trame du brainstorming qui se tient à tient à Yaoundé depuis le 18 juin dernier pour s’achever ce jour, à l’occasion du tout premier forum sur l’inclusion financière au Cameroun.

Avec son M-Pesa, le Kenya est très souvent cité comme un pays modèle de la transformation numérique du secteur bancaire et des services financiers. Ce pays d’Afrique de l’Est, selon une étude menée par le cabinet Ewake basé à Cote d’Ivoire a déjà atteint un taux d’utilisation du mobile money de 93%, pour un flux d’argent de 35,5 milliards de dollars Us. Pendant que le Cameroun traîne encore le pas avec seulement 24% de taux d’utilisation du mobile money, pour 04 milliards de dollars Us de flux financiers. Et même le taux d’inclusion financière est encore bas, même si avec 40% de la population disposant d’un compte bancaire, le pays compte parmi les mieux classés dans la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), où selon les données de la direction générale des études financières et des relations internationales de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), l’on ne compte trois guichets automatiques pour 100 000 habitants, pendant que le taux de bancarisation ne tourne qu’autour de 15%, alors qu’il est d’environ 34% dans le reste du continent.


>> Lire aussi – Exclusion financière : les banquiers veulent officialiser le paiement des services bancaires minimums


Pourtant,  comme l’a relevé la ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng, à l’ouverture de ce forum, 2/3 des Camerounais non bancarisés disposent d’un téléphone portable. Ce qui suppose qu’à travers cet outil, ils peuvent avoir accès aux services financiers. D’où l’importance du forum sur l’inclusion financière qui se tient depuis hier, 18 juin 2019 à Yaoundé, avec pour thème, « réussir la transformation numérique du secteur bancaire et des services financiers ». Organisé par le cabinet Risks Mitigation LLC, sous le double patronage des ministères des Finances et celui des Postes et Télécommunications, ce forum qui réunit 400 participants et 30 intervenants, vise à échanger sur les stratégies de transformation numérique des banques et services financiers, afin d’accroître l’inclusion financière dans un secteur où, apprend-on, 60% de Camerounais restent encore non bancarisés.


>> Lire aussi – Inclusion financière : pourquoi les Camerounais évitent les banques et les assurances


Ce forum permettra également d’identifier les problématiques qui limitent la diversification des services bancaires et financiers mobiles que seuls, l’Etat, les opérateurs de télécommunications, les banques et les entreprises de services financiers sont capables d’offrir. Au terme de ce forum, il est attendu des recommandations et propositions des entités publiques et privées, des opérateurs de téléphonie mobile et des experts, afin de réussir la transformation digitale des banques et services financiers et accélérer l’inclusion financière. Ces recommandations pourraient également servir de contribution à la stratégie nationale d’inclusion financière en cours d’élaboration au Cameroun.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!