A la UneBanques et Finances

Transactions : la Bourse de Douala atteint le chiffre de record de 2 milliards

Lors de la séance du 15 mai dernier, le 4ème emprunt obligataire (2016) de l’Etat du Cameroun de 173,145 milliards de FCFA, a connu une forte demande, ainsi que l'emprunt obligataire privé du crédit bailleur Alios Finance Cameroun.

La séance du 15 mai 2019 a connu une masse exceptionnelle d’opérations sur le compartiment obligataire, avec un total de 239 830 obligations échangées pour une valeur de 1,97 milliard de FCFA, coupon compris (dividende annuel inclus). Dans le détail, l’obligation ECMR 04-16/21, le 4ème emprunt obligataire (2016) de l’Etat du Cameroun de 173,145 milliards de FCFA, a connu une forte demande de 200 000 titres, contre une offre de 189 830 obligations. Sans surprise, la demande étant supérieure à l’offre, 189 830 obligations ont été rachetées.
Autre titre fortement demandé à la séance du 15 mai, c’est l’obligation privée d’Alios Finance Cameroun récemment entrée en côte en début d’année 2019, qui connaît une demande de 50 000 titres, face à une offre identique, avec là encore, 100% de transactions entre l’offre et la demande. Le dividende de l’obligation Alios Finance à la séance était de 86,84 FCFA contre 235,07 FCFA pour l’emprunt obligataire 2016 de l’Etat du Cameroun.


>> Lire aussi – Emprunt obligataire: Alios Finance Cameroun dépasse de plus de 700 millions son objectif


D’une part, l’on note le bon comportement de l’emprunt obligataire de 2016 qui poursuit ainsi son succès. Car, sur un montant initial de 150 milliards de FCFA de l’Etat du Cameroun, ce sont 173,145 milliards qui avaient été levés. Dans le détail, Afriland a levé 47,68 milliards. EDC, 30,802 milliards. Société générale du Cameroun, 56 milliards. UBA, 10,401 milliards. Bicec, 12,260 milliards. Commercial Bank of Cameroon (CBC), 10,845 milliards et Bgfi, 5 milliards de FCFA. Mais l’on note que Financia Capital et Cenainvest impliqués dans cette opération, n’ont pas levé le moindre franc.


>> Lire aussi – Emprunt obligataire : qui sont les principaux contributeurs ?


Les statistiques confirment que l’emprunt de l’Etat du Cameroun « Ecmr 5,5% net 2016-2021 », lancé le 20 septembre dernier, a été souscrit à hauteur de 115,43%, correspondant aux 112 milliards de prise ferme collectés par les chefs de file auxquels on ajoute 61,145 milliards de FCFA supplémentaires venant des personnes physiques et morales diverses. Les obligations portent intérêt fixe de 5.5% net sur la durée de l’emprunt qui est de 5 ans avec une année de différé.
Selon le gouvernement, l’argent levé a permis de réaliser d’importants projets d’investissements dans les domaines des routes, de l’approvisionnement en eau potable, de l’électrification. Au nombre de ces projets, on peut mentionner l’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé et de ses environs à partir du fleuve Sanaga (61,5 milliards de FCFA) ou les travaux de construction du port de Kribi qui recevront une dotation de 16 milliards de FCFA.


>> Lire aussi – L’Etat solde le paiement l’emprunt obligataire de 2013


D’autre part, l’emprunt obligataire privé du crédit bailleur Alios Finance Cameroun, sous l’appellation «Alios 01 5,75 % 2018-2023», a largement dépassé les objectifs de départ. Initialement, Alios Finance Cameroun recherchait à la Bourse de Douala, un montant de 8 milliards FCFA, soit 800 000 obligations à 10 000 FCFA le titre. Au final, l’établissement financier a levé 8,730 milliards FCFA. La période de souscription courait du 20 novembre au 11 décembre 2018. L’arrangeur de cet appel public à l’épargne d’une institution privée était le prestataire de services d’investissement (PSI) BGFIBank Cameroun.


>> Lire aussi – Bourse : les premières sanctions de la nouvelle Cosumaf tombent


La réussite de cette opération financière privée intervient juste après la performance mitigée de la Société métropolitaine d’investissement de Douala (SMID) qui recherchait, il y a quelques mois, à peu près le même montant (10 milliards FCFA), qu’Alios. En effet, EDC Investment Corp (EDC), chef de file de l’opération d’appel public à l’épargne en vue de la constitution du capital de la SMID, avait levé, à la clôture de son opération, le 5 juillet 2018, juste un montant de 5,414 milliards FCFA. Soit, un peu plus de 50% des 10 milliards initialement visés.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!