Chargement des breaking news...
Politiques Publiques

Transport ferroviaire : vers l’aboutissement du projet d’acquisition de 25 nouvelles voitures voyageuses annoncé depuis 2019 ?

Au cours du 40e Comité interministériel d’infrastructures ferroviaires(Comifer), le ministre des Transports(MinT) s’est voulu optimiste quant à la matérialisation des les mois à venir, des projets annoncés depuis plusieurs années même si pour l'heure, le membre du gouvernement se réserve de faire des projections sur le temps.

Publiée lundi 4 septembre 2023 à 21:06:58Modifiée lundi 4 septembre 2023 à 21:07:00Temps de lecture 5 minPar Marius Zogo

Le MinT à l’issue du 40e Comifer

Le projet d’acquisition de 25 voitures voyageurs et 5 modules autorails annoncé le 24 octobre 2019, pourrait bientôt se réaliser du moins, si l’on s'en tient aux propos du ministre des Transports(MinT), Jean Ernest Masena Ngalle Bibehe qui présidait le 31 août 2023, la 40e session du comité interministériel des infrastructures ferroviaires(Comifer). Le membre du gouvernement se réserve de faire des projections sur le temps mais rassure tout de même que « s’agissant du matériel roulant, des mesures sont prises en vue de l’aboutissement les projets d’investissement en cours d’instruction depuis quelques années. C’est le cas de l’acquisition de 25 nouvelles voitures voyageurs auprès du Groupement CIM-SSRST, impacté par l’inflation du coût des matières premières, et plus récemment, des discussions entamées avec la société italienne Avant-garde pour une offre de service plus importantes. Les Très hautes instructions ont été sollicitées pour conclure les négociations avec ces partenaires techniques », a confié le membre du gouvernement.  

Lire aussi : Renouvellement du chemin de fer Belabo-Ngaoundéré : après la BEI et l’UE, l’AFD donne son accord de financement

Pour revenir aux faits, c’est à l’occasion de la 32ème session du Comité interministériel chargé de la coordination et du suivi du programme d’infrastructures ferroviaires que ce projet a été annoncé. S’il ne s’est pas concrétisé avant le déclenchement de la guerre entre la Russie et l’Ukraine le 24 février 2022, il est resté dans l’impasse après le début des hostilités pour le simple fait que, l’entreprise franco-coréenne CIM-SSRT ; partenaire technique et financier du Cameroun, a été confronté aux difficultés d’approvisionnement en fer. «On aurait pu déjà avoir ces 25 véhicules, n’eut été cette crise ukrainienne qui a impacté le secteur. Il ne vous échappe pas que le fer, qui est une matière première, contribue en grande partie à la construction de ces voitures. Son indisponibilité est l’une des raisons qui a retardé l’acquisition de ces voitures», expliquait Ngalle Bibehe en septembre 2022.

Lire aussi : Fer de Mbalam-Nabeba : le Cameroun et le Congo rallongent le linéaire du chemin de fer de 70KM

En attendant la réception de cette nouvelle offre en matériel roulant, Camrail, le transporteur ferroviaire, filiale de Bolloré, essuie une offre faible en voitures de voyage. L’entreprise étatique a, de ce fait,  investi 12,3 milliards pour l’acquisition de 5 locomotives auprès de General Electric en 2019 et a ensuite injecté 1 milliard de Fcfa en 2020 pour la rénovation de matériel roulant en prélude au lancement du train express. A ce jour l'entreprise dispose de 9 locomotives. 

D’autres projets dans le viseur

Toujours d’après les déclarations du MinT, d’autres projets dont la matérialisation est attendue depuis plusieurs années, sont en bonne voie. Il s’agit notamment, du projet d’extension du chemin de fer à partir de Ngaoundéré au Cameroun jusqu’à Ndjamena au Tchad. Long de 1 400 km, cette infrastructure qui nécessite environ 1 400 milliards a bénéficié d’un financement de 3 milliards de Fcfa de la BAD en 2021 pour des études de faisabilité. « L’étude de faisabilité pour le prolongement du chemin de fer entre le Cameroun et le Tchad suit son cours, et  les rapports finaux devraient être disponibles au début de l’année 2024 », rassure le MinT sur ce projet qui date de juin 2014 avec la signature de l’accord d’extension entre les deux pays.

Lire aussi : Chemin de fer Mbalam-Nabeba : le démarrage des travaux annoncés pour août 2023

Le Cameroun qui a officiellement  achevé en mai 2023, le Plan quinquennal N°1 d’investissements d’infrastructures ferroviaires, s’apprête déjà à boucler les financements en vue de la seconde phase dont la mobilisation est « est en bonne voie d’achèvement ». En ligne de mire, le renouvellement de la ligne ferroviaire Bélabo-Ngaoundéré qui nécessite environ 83 milliards de Fcfa de l’AFD. Pour ce qui est du Projet régional pour l’amélioration de la performance du Corridor rail/route Douala-N’Djamena, l’on apprend que l’instruction en cours par le Comité national de la dette publique, ouvre une perspective de signature des accords de financement dans les prochaines semaines.

A LIRE AUSSI

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner