Chargement des breaking news...
Business et Entreprises

Transport maritime : au Gabon, NGV et Logimar 241 augmentent les tarifs de 20% pour éviter la faillite

En difficulté au plan financier, les compagnies maritimes gabonaises NGV et Logimar 241 au Gabon annoncent une hausse des tarifs des billets de bateau. La mesure, déjà en vigueur dans le pays suscite des inquiétudes au sein de la population.

Publiée vendredi 19 avril 2024 à 12:00:49Modifiée lundi 6 mai 2024 à 13:35:10Temps de lecture 3 minPar Arthur WANDJI

Un navire de NGV
Un navire de NGV

Depuis plusieurs mois, les compagnies maritimes au Gabon sont en proie à une situation préoccupante, notamment en raison de l'absence de réaction des autorités gouvernementales face à l'augmentation du prix du carburant. Cette impasse a poussé les responsables de deux des principaux acteurs du secteur, en l’occurrence Logistique maritime 241 (Logimar) et Navire à Grande Vitesse (NGV), à prendre des mesures drastiques pour sauvegarder leurs activités.

Lors d'une conférence de presse conjointe diffusée le lundi 15 avril 2024, les dirigeants de Logimar 241 et NGV ont dévoilé les difficultés rencontrées par leurs entreprises respectives et les solutions envisagées pour éviter la cessation d'activité. Confrontés à l'inaction du gouvernement de transition et à une situation financière de plus en plus critique, ils ont annoncé une augmentation des tarifs des billets de bateau, passant de 35 000 Fcfa à 42 000 Fcfa à compter de la même date, soit une hausse des tarifs de l’ordre de 20%.

Lire aussi : Gabon : légère baisse des prix du carburant et du gaz domestique

Cette décision, bien que difficile, est présentée comme un moyen de garantir la survie des deux compagnies, dans un contexte où les alternatives semblent limitées. Les directeurs généraux ont souligné qu'ils étaient laissés pour compte par les autorités et que leur responsabilité envers leurs employés et leurs clients les obligeait à prendre des mesures drastiques pour maintenir leurs activités à flot. Et surtout, éviter la faillite. « A ce jour, aucune solution concrète n’a été apportée par le gouvernement », ont-ils expliqué, annonçant qu’il leur restait alors trois alternatives. La première, c’est l’application de l’arrêté n°001274 en son article 24 « qui nous exonère du prix du carburant industriel ». La deuxième, c’est l’augmentation des tarifs. Alors que la dernière alternative serait la cessation des paiements envers leurs différents fournisseurs qui pourraient conduire à la fermeture sinon à leur faillite. Les deux entreprises ont opté pour une révision des tarifs à la hausse.

Lire aussi : Matériaux de construction, transport, produits alimentaires… :l’Etat gabonais et les opérateurs économiques s’accordent sur une baisse

Cependant, cette augmentation des prix des billets de bateau suscite des inquiétudes parmi la population, qui sera directement touchée par cette hausse des coûts. Les réactions ne se sont pas fait attendre, mettant en lumière les difficultés rencontrées par les usagers du transport maritime au Gabon. Les appels à une résolution rapide de ce différend entre les compagnies maritimes et le gouvernement se multiplient, dans l'espoir de prévenir une crise plus profonde dans ce secteur vital de l'économie gabonaise.

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner