A la UnePolitiques Publiques

Transport multimodal : 333 milliards pour révolutionner Douala

Le partenariat entre la communauté urbaine de Douala et les villes de Bordeaux-Bordeaux métropole, l'Agence française de développement et la Banque mondiale, vise à doter la capitale économique camerounaise de nouveaux modes de transport par route, câble, par voie fluviale ou par rail, sur un total linéaire de 364,4 km.

Porte d’entrée et capitale économique du Cameroun, la ville de Douala dispose officiellement de plus de 3.000.000 d’habitants, sans cesse mobiles dans divers points de l’agglomération. On estime à 2,41, les déplacements quotidiens effectués par personne dans cette métropole cosmopolite dont la démographie s’accroît de 6% par an. Soit 5 millions de déplacements par jour, avec un temps de parcours moyen de 24 minutes. Pour leurs mouvements, les «Doualais» utilisent plusieurs modes de transports : mototaxis, taxis, autobus, pédestres, etc. A raison de 65% de part modale motorisée, pour un taux de motorisation de 24,55% de voitures pour 1000 habitants.


>> Lire aussi –Douala : à quoi servira la SEDO ?

La ville de Douala n’échappe ainsi pas aux dégagements des gaz polluants à effet de serre. Les statistiques fixent annuellement à 169 kg d’émission de CO2 par personne. «La ville de Douala fait face à d’importants défis liés à la circulation et à la mobilité. Notamment, l’encombrement de la chaussée par les activités du secteur informel, la congestion de la circulation et l’augmentation sensible de certains déplacements», constate le Dr. Fritz Ntone Ntone, le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, initiateur du Pmus, le Plan de mobilité urbaine soutenable de la ville de Douala.

Adopté le 26 juillet 2019 par le conseil de communauté urbaine de Douala, il vise à restructurer le transport public en promouvant un système multimodal intégré, l’aménagement des espaces publics, l’amélioration de la circulation des personnes et des biens, ainsi que la préservation de l’environnement. Coût du Pmus, 333 milliards de Fcfa répartis entre la communauté urbaine de Douala, l’Agence française de développement (AFD), et la Banque mondiale, à travers l’initiative «Mobilise your city», qui soutient 100 villes du monde dans l’implémentation d’un plan de mobilité urbaine soutenable. Les moyens de déplacement multimodaux envisagés dans la Pmus intègrent 74% de transport en commun (tramway, métro, etc.), 21% de moyens routiers, 4% réservés aux modes doux de déplacements, et 2% à la logistique et au fret.

La capitale économique camerounaise sera dotée de 11 lignes de bus (100km), 3 lignes de bus rapide sur voies dédiées (48,5 km), un réseau piétonnier, une ligne de transport par câble de 5,9 km et un réseau de fret et logistique (parking pour poids lourds, centres de distribution urbains, parcours de livraison), et même des voies fluviales urbaines (61km). Le Pmus sera constitué d’un poste de commande centralisé, 149 km de lignes métropolitaines de bus, 35 pôles d’échanges multimodaux, 615.500 usagers déplacés par jour dans les transports en commun.


>> Lire aussi –Projet Douala Ville Durable: l’heure du bilan

En prélude à ce plan révolutionnaire, la ville de Douala organise depuis 2018, une «Journée sans voiture». La seconde édition déroulée le samedi 1er novembre 2019 était placée sous le thème, «la rue pour tous: mix and move easily», en partenariat avec les villes de Bordeaux et Bordeaux métropole. D’où, la présence de Bruno Jouannem, 1er adjoint au Consul général de France à Douala, à cette cérémonie de sensibilisation et de communication sur les différents projets de la ville de Douala (Pmus, Pdu, Poste, etc.).

 

Articles Liés