A la UneConjoncture

Transport public : la fin de Stecy à Yaoundé ?

L’arrêt d’activités de l’opérateur de transport public de masse, depuis quelques jours, sonne le glas de cette société qui, il y a à peine deux ans, naissait sur les cendres de la société « Le Bus ».

Moins de 8 mois après le lancement de ses activités sur les cendres de la défunte société « Tic Le Bus », le 13 février 2017, la Société de transport et d’équipements collectifs de Yaoundé (Stecy S.A), avait été paralysée par une grève de son personnel, qui réclamait trois mois de salaires impayés. C’était le 08 novembre. Le nouvel opérateur de transport public de masse dans la capitale démontrait à travers ce débrayage inaugural qu’elle était partie, comme sa devancière « Le Bus en 2005 », sur des bases beaucoup trop fragiles. S’en suivra une longue agonie qui, désormais – et par pur réalisme -, oblige ses dirigeants à lui faire subir le crime infernal de l’euthanasie. Dans un communiqué publié lundi dernier, le directeur général de cette entreprise, Célestin Hermann Tsambou, après moult démentis qui puaient la langue de bois, annonce qu’à la suite d’un préavis de grève lancé par l’ensemble des délégués du personnel, la société est en arrêt d’activités. Pour combien de temps ? Aucune mention.


>> Lire aussi – Ex-société Le Bus : ces malversations qui ont provoqué sa ruine


Il tente toutefois de rassurer les usagers de de la capitale quant à la tenue, « dans les plus brefs délais », d’une session extraordinaire du conseil d’administration de l’entreprise, « pour que la situation revienne à la normale ». Nos informations font état de ce qu’à ce jour, les impayés cumulés dans cette entreprise (salaires, primes et autres indemnités confondues) sont de 10 mois. Par ailleurs, le personnel s’offusque du niveau d’amortissement avancé du matériel roulant, qui date de seulement deux ans et qui avait été présenté comme « neuf » et « tropicalisé », lors du lancement des activités de Stecy Stecy S.A. Des 43 bus mis en circulation à partir du 13 février 2017, moins d’une vingtaine est encore en service et ceux-ci tombent régulièrement en panne. Ajoutées à l’absence de climatisation dans les véhicules, ces pannes impactent sérieusement le taux de fréquentation des bus de la société.


>> Lire aussi – Transport urbain : le personnel de la société STECY S.A aux abois


A moins qu’il ne soit en train de se mentir à lui-même, le Dg de Stecy S.A, société créée sous la forme d’un partenariat public-privé mal monté entre le portugais Eximtrans Sarl/Irmaos Mota et la communauté urbaine de Yaoundé, est parfaitement conscient de ce que la relance de cette entreprise est tributaire d’un nouveau business Plan, l’actuel ayant lamentablement échoué. Ni le groupement portugais, qui avait pris l’engagement ferme de mettre en circulation 150 bus sur l’ensemble de ses 13 lignes, en plus d’un investissement à hauteur de  13 milliards Fcfa entre 2017  et 2027, ni le gouvernement, qui devait perfuser l’entreprise à hauteur de 1,6 milliard Fcfa par an, n’a respecté ses engagements jusqu’ici. Les mêmes causes qui avaient obligé « Le Bus » à mettre la clé sous le paillasson ont donc produit les mêmes effets.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!