Conjoncture

Transport urbain La Socatur sous la menace d’une suspension

C'est le vœu exprimé par plusieurs syndicats des transporteurs après un drame causé par un bus défectueux de la Socatur. Bilan 5 morts. Tous des mototaximen fuyant des agents de la Mairie de Douala 4ème en opération de recouvrement forcé de l'impôt libératoire.

La Société camerounaise des transports urbains (Socatur) est dans le collimateur des syndicats des mototaximen. Réunis autour du Gouverneur de la Région du Littoral, Samuel Ivaha Diboua, ces derniers exigent purement et simplement « la suspension » de l’unique entreprise de transports urbains de Douala, la capitale économique. Motif, le30 30 novembre 2018, l’un des bus de cette société a tué cinq mototaximen au lieu-dit Bonassama, dans l’arrondissement de Douala 4ème. A l’origine du drame selon des sources policières, une perte de contrôle du véhicule due à un système de  freinage défaillant. Suivi d’un véritable carnage au sein d’un groupe de mototaximen fuyant une opération de recouvrement forcée de l’impôt libératoire par les agents de la Mairie de Douala 4ème. Les syndicats des mototaximen demandent par ailleurs « une suspension provisoire des opérations de recouvrement forcée de l’impôt libératoire dans l’arrondissement de Douala 4ème« . Opération cause de tensions entre ces opérateurs à deux roues et les agents municipaux.

La Socatur est une société d’économie mixte créée le 13 mars 2001, au capital de 500.000.000 de FCFA. Elle demarre ses activités le 12 mars 2001. Avec 32 actionnaires dont la Communauté urbaine de Douala (Cud), détentrice de 33% des parts d’action, l’entreprise dispose d’un parc de bus estimé à près de 100 autobus. Parc automobile malheureusement de plus en plus vétuste. La Socatur effectue officiellement 16.800 heures véhicules/mois. Transporte  700.000 personnes par mois pour 800 employés.

Les syndicalistes obtiendront-ils la suspension de la Socatur aujourd’hui dirigée par Lydienne Ngalle Bibehe née Mouloby? Hypothèse improbable. Jean Ernest Ngalle Bibehe, actuel Ministre des transports a été lui-même ancien Directeur général de cette entreprise dont il est par ailleurs le principal actionnaire privé. Au terme de la rencontre, Samuel Ivaha Diboua a été peu disert sur la suite à donner dans ce brûlant dossier. Appelant tout simplement à un retour à l’apaisement.

La Rédaction EcoMatin

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!