A la UneConjoncture

Transport urbain : le personnel de la société STECY S.A aux abois

Depuis le 15 juillet, les populations de Yaoundé, la capitale du Cameroun, sont privées des services de la Société de transports et équipements collectifs de Yaoundé (Stecy SA), lancée le 13 février 2017. Ceci grâce à un partenariat public-privé entre le groupement portugais Eximtrans Sarl/Irmaos Mota et la Communauté urbaine de Yaoundé.

Dans un communiqué publié le 15 juillet, Célestin Hermann Tsambou, le directeur général de la nouvelle société de transports urbains, Stecy SA informe les populations de la ville de Yaoundé  et les usagers du bus en particulier que, suite à un préavis de grève des délégués du personnel lancé en date du 8 juillet 2019, l’entreprise observe un arrêt de ses activités de transports urbains de masse. Tout en regrettant les désagréments que cela fera subir aux usagers, le DG rassure « qu’une session extraordinaire du conseil d’administration se tiendra dans les plus brefs délais pour que la situation revienne à la normale ».

Les tensions de trésorerie dans cette société depuis  son lancement le 13 février 2017 présageait des lendemains malheureux. Comme dans la situation de son prédécesseur « Le Bus » (2005-2016), le personnel de la société de transport s’est toujours  plaint des conditions de travail : salaires irréguliers, non-paiement de primes et autres indemnités, matériel roulant régulièrement en panne, etc.

Pourtant,  à son arrivée, le partenaire portugais s’était engagé à mettre 150 bus en circulation et à investir 13 milliards de FCFA sur une période de 10 ans. L’État, par contre devait verser une subvention annuelle de 1,6 milliard de FCFA. Ces clauses n’ont jamais été respectées.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!