Conjoncture

Travaux routiers : la Banque mondiale débloque 197 milliards de Fcfa au profit de l’Extrême-Nord

Cet appui sera orienté vers le Projet pour l’amélioration de la connectivité, la résilience et l’inclusion dans l’Extrême-Nord du Cameroun, qui vise à améliorer les infrastructures et le changement climatique dans cette partie du pays.

Le conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé le 20 juin 2023, un prêt de 330 millions de dollars soit 197,091 milliards de Fcfa au profit du Projet pour l’amélioration de la connectivité, la résilience et l’inclusion dans l’Extrême-Nord du Cameroun.  Il s’agit de 280 millions de dollars (167,228 milliards de Fcfa) de l’Association internationale de développement (IDA), et un don de 50 millions de dollars (29,862 milliards de Fcfa) provenant du guichet IDA pour les réfugiés (WHR).

Lire aussi : Cameroun: les défis de Cheick Fantamady Kanté, nouveau Directeur des opérations de la Banque mondiale

 Cet appui financier vise à  entretenir et réhabiliter  un certain nombres d’axes routiers, dont l’axe Mora-Kousseri (205km) sur la route nationale 1, pour  améliorer les infrastructures collectives dans les camps de réfugiés et communautés d’accueil ciblés et renforcer le secteur des transports.

Selon l’institution de Bretton Woods, cet appui financier a pour objectif d’aider le pays à renforcer la connectivité et la résilience climatique de la région de l’Extrême-Nord et d’y améliorer l’accès aux infrastructures de base (écoles, marchés établissements de santé, etc.). On parle de 920 000 personnes y compris les réfugiés et les déplacés internes qui verront ainsi leur condition de vie s’améliorer. « En permettant à la population de se déplacer et d’accéder aux services sociaux de base et à d’autres centres économiques tout au long de l’année, l’amélioration de la connectivité routière est essentielle au développement de la région et à la création de possibilités d’emploi pour les femmes et les jeunes », a confié Cheick Kante, le Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun, le Congo, le Gabon, la République Centrafricaine et la Guinée équatoriale.

Lire aussi : Tronçon Mora-Kousseri : la circulation interdite aux gros porteurs 

Cette enveloppe  vient se greffer au portefeuille de à 2,587 millions de dollars américains, soit environ 1 552 milliards de Fcfa, pour 19 projets actifs, de la Banque mondiale au Cameroun.

Route Maroua-Kousseri

Il faut dire que le linéaire routier qui est concerné ici fait partie intégrant du la nationale n°1 qui relie la ville de Yaoundé à celle de Kousseri en passant par la ville de Maroua. Ce n’est un secret pour personne que l’axe Maroua-Kousseri est confronté à de nombreuses difficultés dans son processus de réhabilitation. En effet, c’est un second soutien financier que l’institution de Bretton Woods accorde à cette route dont les travaux avaient été interrompu en 2014  la suite d’une attaque de la secte terroriste Boko Haram, sur le camp de vie Sinohydro (entreprise adjudicataire des travaux sur ce linéaire). Après cet épisode, les travaux ont été relancés en mars 2018, sous l’égide du Génie militaire, financés à hauteur de 70 milliards par la Banque mondiale. Les sous-traitants PAC International, Millenium et Sombti avaient été recrutés en 2020 pour éviter de perdre ce financement de la Banque mondiale. Ils étaient censés se déployer respectivement sur les axes Mora-Waza (60 km), Waza-Sale (40 km) et Dabanga-Kousseri (75 km).

Lire aussi : Tracasseries sur le Corridor Douala-Ndjamena : 3 milliards de F de pertes journalières pour les transporteurs routiers

A LIRE AUSSI

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page