A la UneConjoncture

Trois émissaires internationaux au front de la crise dans le Sud-Ouest et le Nord-Ouest

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, les secrétaires générales de la Francophonie, Louise Mushikiwabo et du Commonwealth, Patricia Scotland ont été reçus en audience par le chef de l’Etat Paul Biya.

De sources officielles, les trois émissaires sont venus à Yaoundé « s’informer » sur l’évolution de la situation dans les régions du Sud-ouest et du Nord-ouest et sur la mise en œuvre des recommandations du Grand dialogue national (GDN) organisé du 30 septembre au 4 octobre 2019. Au sortir de l’audience à eux accordée mercredi 27 novembre par Paul Biya, Chef de l’Etat, les personnalités ont déclaré qu’elles sont favorables à accompagner le Cameroun dans ses efforts de résolution définitive de la crise anglophone. « Le président de la République nous a exprimé une fois de plus sa disponibilité pour le dialogue et l’apaisement », a laissé entendre Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine. A son tour, Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie a précisé que « les organisations internationales n’ont pas de solutions miracles à apporter ». Elles œuvrent dans l’accompagnement des Etats. Lequel peut prendre diverses formes de son point de vue. « Des conseils, des interventions, dans des actions de médiation ou sur des sujets plus techniques, ou dans la contribution pour nos trois organisations et particulièrement la Francophonie et le Commonwealth sur tout aspect du Bilinguisme ».

Néanmoins a rappelé la SG de la Francophonie, « Nous pensons que nous avons l’obligation de contribuer modestement par des conseils, des interventions dans des actions de médiation ou sur des sujets techniques comme le bilinguisme et le multiculturalisme » non sans rappeler l’importance du Cameroun pour leurs organisations, pour la Sous-région et le continent ». Quant à Patricia Scotland, la SG du Commonwealth, elle a simplement fait siens les propos de ses collègues.

Bien après, les trois personnalités sont allées à la rencontre des acteurs politiques camerounais. Elles se sont félicitées de la tenue à Yaoundé du Grand dialogue national. Une rencontre qui a débouché sur plusieurs recommandations comme l’a rappelé le président de la Commission de l’Union africaine.  Les représentants du Commonwealth, de l’OIF et de l’Union africaine ont par ailleurs souligné que le double scrutin législatif et municipal attendu en début d’année 2020 doit se dérouler dans la paix.  D’où l’intérêt pour toutes les parties prenantes de travailler dans ce sens.

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!