Business et EntreprisesDossiers

Voirie urbaine : le Port de Douala rétrocède 450 mètres de route à la mairie de la ville

L'axe Yara-entrée Port Nord a été réceptionné par le Directeur général du Port autonome de Douala ce 13 janvier 2021. D'un coût total de 574,2 millions de FCFA, l'ouvrage stratégique pour le trafic de marchandises du Port de Douala-Bonaberi qui mène vers diverses destinations, a été rétrocédé dans la foulée à la Communauté urbaine de Douala, représentée par le Maire, le Dr. Roger Mbassa Ndine.

Jadis jonché de nids de poule, l’axe Yara-entrée Port Nord affiche désormais un nouveau visage. Le tronçon a subi d’importants travaux de réhabilitation dans le cadre de la relation Ville-Port, liant la Communauté urbaine de Douala (CUD) et le Port autonome de Douala (PAD). Financée entièrement par le Port autonome de Douala, la route a été réceptionnée et rétrocédée à la ville de Douala: «la réhabilitation par le Port autonome de Douala, du tronçon Yara-sortie Nord du Port de Douala-Bonaberi, est symbolique de la synergie Ville/Port. C’est une démarche qui contribue à intégrer le port et ses activités dans la ville et son territoire, favorisant ainsi l’émergence d’une gouvernance des projets urbano-portuaires», s’est exprimé Cyrus Ngo’o, le Directeur général du Port autonome de Douala. Les enjeux de cette collaboration entre les deux institutions sont capitaux pour le produit intérieur brut du Cameroun, dans lequel la ville de Douala contribue à plus de 70%. De la bonne qualité de la voirie urbaine, dépend le trafic entre la zone réglementée du Port de Douala-Bonaberi et l’espace urbain. La place portuaire de Douala accueille quotidiennement plusieurs dizaines de camions utilitaires ou non-utilitaires. 

Lire aussi : Port de Douala : lobbying de TIL-MSC pour débloquer sa concession

L’axe Yara-entrée Port Nord est en effet stratégique pour leur rotation. Long de 450 mètres, il a été renforcé et entièrement réhabilité par l’entreprise Razel Cameroun : «cette route était fortement dégradée. Les couches de base et de roulement étaient complètement endommagées, voire inexistantes. Il devenait alors urgent et impératif de restaurer cette voie pour assurer la fluidification du trafic de ce tronçon névralgique pour la cité. Dans le cadre des relations Port/Ville, et pour maintenir sa compétitivité, le PAD a engagé les travaux de réhabilitation de cette route», apprendra-t-on du Port autonome de Douala, le maître d’ouvrage. Au-delà de la perturbation de l’activité économique sur ce tronçon proche du marché Sandaga de Douala, du quartier d’affaires d’Akwa, de la zone administrative de Bonanjo, et des ponts sur le Wouri, se présentait par ailleurs un risque de rupture de la chaussée, la baisse considérable de la fluidité du trafic des marchandises vers et hors du domaines portuaires, le risque élevé d’accident par renversement des camions transportant des containers et marchandises, les bouchons interminables et même des agressions favorisées par l’absence d’éclairage public. 

Satisfaction

6 mois de travaux auront alors permis de réaliser ce linéaire inscrit dans celui de la Nationale n°3 reliant la capitale économique Douala et la ville de Yaoundé, pour un coût total de 549.084.210 FCFA, et de 25.149.164 FCFA Htva pour la maîtrise d’œuvre. Nationale n°3 reliant la capitale économique Douala et la ville de Yaoundé. 

A la grande satisfaction du Dr. Roger Mbassa Ndine, le Maire de Douala. Cyrus Ngo’o situe l’enjeu du partenariat avec la ville de Douala à : «l’interdépendance Ville-Port doit attirer des flux et des richesses. La ville portuaire se doit d’être agréable, moderne, belle, intelligente. La ville portuaire doit être attractive. L’aménagement devient donc un moyen de promotion au service du développement et doit ainsi répondre aux demandes sociales et économiques actuelles». Avec un budget, exercice 2021 arrêté en recettes et en dépenses à une enveloppe de 56.800.000.000 de FCFA, la Mairie de Douala a également engagé d’importants travaux de réhabilitation de la voirie urbaine : «les travaux réalisés par le Port autonome de Douala viennent se greffer à ceux inscrits dans notre programme de réhabilitation de la voirie de notre capitale économique», a indiqué le Dr. Roger Mbassa Ndine. 

Lire aussi : Le Port de Douala choisit Fako Shipping pour effectuer son activité de lamanage

125 milliards de FCFA pour parachever le processus de modernisation du Port de Douala

Le conflit, pendant au Tribunal de Grande Instance de Douala-Bonanjo, entre le Canton Bell et le Port autonome de Douala (PAD), portant sur près de 800 hectares, est révélateur de la volonté du Port autonome de Douala de sécuriser son assiette foncière et de moderniser le Port de Douala-Bonaberi. La consolidation foncière du domaine portuaire constitue en effet à un axe important du plan stratégique de modernisation du Port de Douala-Bonaberi engagé depuis 2017. Un projet de 25 milliards de FCFA. Cyrus Ngo’o, le Directeur général du Port autonome de Douala l’a de nouveau rappelé ce 13 janvier 2021, à l’occasion de la cérémonie de rétrocession de 410 mètres de route réhabilitée par le PAD, au profit de la ville de Douala: «le Port autonome de Douala est engagé depuis quatre années, dans un vaste processus de normalisation de toutes ses activités. Processus auquel s’ajoute un programme de rénovation,  de modernisation et de développement des infrastructures et des superstructures du combinat portuaire de Douala-Bonaberi. Le but recherché ici est d’arrimer le Port de Douala aux standards internationaux du secteur et d’en faire un véritable catalyseur de croissance de l’économie nationale». 

Lire aussi : Remorquage portuaire : échec des négociations entre le PAD et Boluda

Pour poursuivre cet ambitieux programme, le Port autonome de Douala a procédé à la création de régies déléguées ou à la nationalisation des services portuaires jadis privatisés. Le processus d’autonomisation a été amorcé le 6 décembre 2019 par la création de la Régie du Terminal à Conteneurs du Port de Douala-Bonaberi (RTC), entrée en activités effectives le 2 janvier 2020, en lieu et place du Douala International Terminal (DIT), filiale du Groupe français Bolloré, alors concessionnaire du terminal à conteneurs du Port de Douala. Suivra la Régie déléguée de Dragage (RDD), créée le 7 décembre 2018. Régie dont les activités prendront effectivement corps le 27 août 2020. Le 22 décembre 2020, le conseil d’administration du PAD approuve les prestations en régie du remorquage portuaire par la création de la RDR, la Régie Déléguée de Remorquage, au détriment de l’opérateur espagnol Boluda. Concernant la prestation de lamanage portuaire, il revient désormais à la Fako Shipping and Transport Company, d’assurer ce service officiellement, depuis le 30 décembre 2020. 

Ces innovations structurelles ont d’ailleurs commandé la revue à la hausse du budget du Port autonome de Douala, exercice 2021. Hausse de recettes de 27.686.940.609 FCFA, et de dépenses de 25.040.359.000 FCFA (pour un budget général du PAD arrêté en recettes à la somme de 125.582.940.609 FCFA et en dépenses 121.436.359.000 FCFA). Ce budget servira à la poursuite de l’enlèvement de 25 épaves de navires, au dragage des pieds de quai, des darses et des plans d’eau, à la finalisation des travaux d’aménagement des ponts-bascules de pointe, la poursuite du projet de création d’une zone de contournement en zone aval du Port de Douala, ainsi que du projet de construction de 20 km de route en terre stabilisée, à la modernisation du port de pêche, la construction d’une Académie navale, d’une centrale de production d’énergie électrique, la construction des aires d’attente des camions et des zones de stockage en zone aval, la mise en place d’une plateforme sur le quai 52 de la rive droite du Wouri, le parachèvement de la réfection des défenses d’accostage, des quais et terre-pleins conventionnels etc…..

Lire aussi :  Sécurisation de l’espace portuaire : le Canton Bell et le port de Douala à couteaux tirés

Déjà réalisé

Les actions d’investissement du Port autonome de Douala s’étendent, pourtant, au-delà de l’aire portuaire. En témoignent, la réhabilitation de 450 mètres de route rétrocédée ce 13 janvier 2021 à la ville de Douala, ou la réhabilitation de 98% de l’éclairage public portuaire dans la zone amont du port (cimenterie Dangote) en passant par les zones sous-douane, le terminal à conteneurs, jusqu’à la zone aval, ex-place de l’Udeac. Le plan de modernisation du Port de Douala  prévoit par ailleurs, pour l’année 2021, l’acquisition d’un matériel moderne de remorquage des navires, la poursuite de l’installation d’un système de gestion automatique et moderne du fret portuaire, ou l’achat de nouveaux patrouilleurs rapides, des radars et caméras de surveillance pour la sûreté et la sécurité des navires. Déjà réalisés, la mise en place d’un système d’information portuaire, l’installation d’un nouveau logiciel de facturation à la RTC, la construction du Duc d’Albe pétrolier, l’érection d’une barrière paramétrique et sectorielle, l’installation de la vidéosurveillance, l’achat du matériel affecté à la Régie déléguée de dragage etc…

Lire aussi : Affaire PAD/Canton Bell: 335 hectares seulement pour le PAD

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?