Conjoncture

Zlecaf : la phase opérationnelle démarre avec 8 pays, dont le Cameroun

L'annonce a été récemment faite par Herbert Krapa, le vice-ministre ghanéen chargé du commerce et de l'industrie.

Parmi ces pays, figure le Cameroun, signataire avec 53 autres pays Africains, des accords relatifs à la mise en œuvre de cette zone. C’est en juin 2019 que l’Assemblée nationale et le Sénat camerounais ont adopté le projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier l’accord de libre échange continental. C’est dans ce sillage que le 22 avril 2020, le Cameroun a mis sur pied un comité interministériel de suivi et de la mise en œuvre de l’accord sur la Zlecaf. Le 22 avril 2020, sera élaboré le Document de stratégie nationale de mise en œuvre de la Zlecaf. Interviendront également dans le cadre du processus de conformité aux principes directeurs de la Zlecaf

Lire aussi : Zlecaf : les Etats de de la Cemac s’accordent sur le protocole de la concurrence

la signature, la ratification et le dépôt des instruments de ratification auprès de la Commission de l’Union africaine, établissements des règles d’origine des produits, élaboration des protocoles sur le commerce des marchandises, sur le commerce des services, sur les règles et procédures relatives au règlement des différends, la procédure de notification de ses offres d’accès au marché pour le commerce des marchandises et le commerce des services.

Il est à relever que les pays qui ratifient l’accord Zlecaf souscrivent à une libéralisation de 90 % des lignes tarifaires. Cela implique une réduction ou une suppression des droits de douane sur 90% des marchandises échangées dans le cadre de la Zlecaf. Les pays moins avancés (PMA) devraient y parvenir sur une période de 10 ans, et les autres États sur une période de 5 ans. Les produits sensibles, qui représentent jusqu’à 7% des lignes tarifaires, seront entièrement libéralisés sur une période de 13 ans pour les PMA, et sur une période de 10 ans pour les pays qui ne tombent pas dans cette catégorie. Par ailleurs, un taux de 3% des lignes tarifaires sera exclu de la libéralisation tarifaire.

Lire aussi : Zlecaf va mettre sur pied une plateforme de paiement dédiée aux PME africaines

L’Accord prévoit un traitement spécial pour les PMA, qui disposent de périodes de mise en œuvre plus longues. Toutefois, pour maintenir un tarif extérieur commun, tant les PMA que les non-PMA qui sont membres d’une union douanière devront respecter les mêmes délais de mise en œuvre.
La Zlecaf regroupe 5 services de commerce: les services fournis aux entreprises, les services de communication, financiers, transports et ceux de tourisme et voyage. Dans le cadre des négociations, le Cameroun a obtenu l’exclusion, par protectionnisme, de 14 produits de la liste des offres d’accès au marché continental. En ce qui concerne le commerce des marchandises, le Cameroun a réussi à exclure une dizaine de produits.

Il s’agit de la farine de froment (blé), la farine de maïs, l’huile de palme brute, l’huile de palme raffinée, les sucres, les gommes à mâcher (chewing-gum) les jus de fruits naturel, le ciment Portland, le ciment colle, les défrisants, les savons de toilettes et gels de douches, les profilés d’aluminium et les pâtes alimentaires.
Avec un taux d’échange intrarégional inférieur à 18% contre 50% en Asie et 70% en Europe, l’Afrique, grace à la Zlecaf, deviendra la deuxième plus grande zone de libre-échange au monde. Marché avec un potentiel de 1,3 milliards de consommateurs, un produit intérieur brut estimé à 3000 milliards de dollars, pour 1,2 milliards de consommateurs

Lire aussi : Zlecaf : la Cemac et la Ceeac harmonisent leurs politiques d’industrialisation et commerciale

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page