Conjoncture

SMID: les premiers travaux déjà lancés

La réhabilitation du marché New-Deido et la construction du centre de loisirs de la Besséké ont été décidés dès le premier conseil d’administration de la Smid.
La rédaction du journal EcoMatin vous propose cet article dans le cadre du dossier spécial « personnalité EcoMatin de l’année 2018 », une initiative qui a distingué pour sa première édition, Fritz Ntonè Ntonè, délégué du gouvernement de Douala.

La Smid a affiché ses ambitions dès le premier conseil d’administration qui s’est réuni le 18 août 2018, en optant pour le démarrage dans de brefs délais de deux projets-pilotes. Il s’agit de « la réhabilitation et l’extension du marché New-Deido », d’un coût prévisionnel de 6 milliards FCFA, et « la construction du centre de loisirs de la Besséké ». Le PCA, Fritz Ntone Ntone a en effet souligné la nécessité de rendre crédible la démarche engagée par la création de la Smid en engageant au plus vite des actions visibles sur le terrain, eu égard aux possibilités qu’offrent les ressources financières disponibles.
C’est aux entreprises Dik’s Business Group et Yeningun, qui conduisent respectivement les travaux de construction de la Maison de la culture Sawa et ceux du stade de Japoma (devant accueillir la CAN) que seront confiée la charge de réaliser respectivement les projets « New-Deido » et « le centre de loisirs Besseke »
C’est aux entreprises Dik’s Business Group et Yeningun, qui conduisent respectivement les travaux de construction de la Maison de la culture Sawa et ceux du stade de Japoma (devant accueillir la CAN) que seront confiée la charge de réaliser respectivement les projets « New-Deido » et « le centre de loisirs Besseke ». Le PCA avait alors reçu mandat à l’unanimité des membres présents, de contractualiser les prestations correspondantes avec les deux entreprises et de rendre compte au conseil pour un démarrage des travaux au mois d’octobre 2018.

>> Lire aussi – SMID: priorité au financement durable de la ville de Douala


A côté de ces deux projets pilotes de démarrage, plusieurs projets prioritaires sont susceptibles de constituer les premières opérations tangibles de la Société métropolitaine d’investissement de Douala et ont fait l’objet de plan d’affaires respectif, en lien avec les objectifs de ladite société. Il s’agit notamment du projet de construction d’un centre de conférences international, pour un coût de 15 milliards FCFA ; le projet de construction d’un centre des expositions, d’un coût prévisionnel de 8,5 milliards FCFA ; le projet de construction du marché de Bonamoussadi pour un coût prévisionnel de 13,5 milliards ; et un projet pilote de promotion de l’accès au logement des différents segments de la forte demande existante, etc.

Dr. Fritz Ntone Ntone…Du bistouri à la pelleteuse

Certains disent de lui être l’homme « le plus connu » de Douala. Illustration: En 2017, lors d’une visite de chantiers effectuée par Jean Claude Mbwentchou, alors ministre de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu), ce dernier passera quasiment inaperçu. Les populations curieuses, mais surtout satisfaites des effets positifs du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance et l’emploi dans leurs zones, n’avaient d’yeux et d’applaudissements que pour le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala (Cud), le Dr. Fritz Ntone Ntone, dont elles scandaient à tue-tête le nom. Face à un membre du gouvernement perplexe. En sa qualité de maître d’ouvrage délégué ou principal, le premier magistrat de la ville de Douala est incontestablement la figure la plus en vue de la capitale économique, Douala. Pourtant, le Dr. Fritz Ntone Ntone n’était pas prédestiné à un destin de « bâtisseur de villes », lorsqu’il entamait ses premiers pas à l’école publique d’Akwa-Nord, arrondissement de Douala l.

Après une formation déroulée au Centre universitaire des Sciences de la Santé (CUSS), rebaptisé Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales (FMSB), où il obtiendra brillamment son Doctorat en médecine en 1982

Né le 20 septembre 1954 à Douala, l’actuel délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala est plutôt médecin de formation, spécialisé en chirurgie générale. Après une formation déroulée au Centre universitaire des Sciences de la Santé (CUSS), rebaptisé Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales (FMSB), où il obtiendra brillamment son Doctorat en médecine en 1982. Cette même année, il intègre la Fonction publique. Le 1er  novembre 1982, exactement. Le Dr. Fritz Ntone Ntone a occupé plusieurs fonctions de responsabilités dans son domaine de formation dont celle de Médecin-chef de l’hôpital de district de Bonassama dans l’arrondissement de Douala 4, puis directeur général de l’hôpital Laquintinie de Douala, la plus importante structure hospitalière de Douala.


>> Lire aussi – Smid-Douala: un concept innovant et novateur


Le 30 septembre 2006 marque sans doute un tournant décisif dans la carrière du Dr. Fritz Ntone Ntone. Il sera installé officiellement dans ses fonctions de délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala par Marafa Hamidou Yaya, l’ex-ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation. Ce, après avoir siégé au sein du conseil de communauté de 2002 à 2006, dans la commission en charge des affaires de diversités sociales. Il remplaçait à ce prestigieux poste le colonel Edouard Etonde Ekotto. 

Auteur de quelques publications scientifiques, le Dr Fritz Ntonè Ntonè est Grand Officier de l’Ordre national de la valeur. Marié et père de trois enfants. Le magistrat municipal avoue raffoler de « la sauce gombo et les anciens Makossa ». Consultant auprès de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Il est également secrétaire général de l’Alliance mondiale des maires et leaders d’Afrique et d’ascendance africaine pour l’Afrique centrale. « Je suis un homme politique », martelait-il ce 15 janvier 2019, à l’occasion du lancement officiel du budget de la communauté urbaine de Douala. Le Dr. Fritz Ntone Ntone est en effet un cadre du RDPC, (le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais), où il occupe d’importantes fonctions au sein de la Commission de supervision des activités du RDPC pour l’arrondissement de Douala lllème.


>> Lire aussi – Économie mixte : Douala à l’exemple de Bordeaux, Philadelphie ou Rabat


Ce qu'ils pensent de la Smid

« La plateforme des organisations du secteurs privé en général et ECAM en particulier, saluent cette initiative ambitieuse, innovante et surtout inclusive d’un modèle de développement urbain basé sur la création de valeurs et la participation de tous les acteurs de la ville. Nous sommes heureux d’avoir participé, aux côtés d’autres acteurs, à cette partition. Mais le plus dur est à venir : réussir sa mise en œuvre dans l’esprit de ses pères fondateurs et garantir une gouvernance à la mesure de ses ambitions et pour le grand bonheur des populations. ECAM et moi-même vous réaffirmons notre adhésion à cette vision et notre disponibilité à travailler modestement à sa réalisation ».
Protais Ayangma
président de la plateforme des organisations du secteur privé et président des Entreprises du Cameroun (ECAM)
« Le 05 octobre 2016, Bordeaux Métropole, la Ville de Bordeaux et la communauté urbaine de Douala ont signé un accord de coopération ambitieux qui s’inscrit dans une tradition de relations franco-camerounaises, dont je me félicite et que je soutiens pleinement. Entre autres projets éléments constitutifs de cette coopération, l’appui à la conception et à la mise en place d’un projet urbain opérationnel pour la ville de Douala auprès de la communauté urbaine occupe une place de choix. En effet, de nombreuses convergences, notamment géographiques, lient nos deux territoires, à commencer par un magnifique fleuve, facteur d’identité, vecteur de richesse économique et porteur d’opportunité et de développement urbain. Douala et Bordeaux partagent de ce point de vue, une histoire commune avec quelques décennies de différence : le Wouri offre une magnifique façade obstruée par le port dont la libération progressive pourrait vous offrir, comme à Bordeaux, une occasion de métamorphose spectaculaire. À cet égard, la réflexion engagée sur un projet urbain global et cohérent, fondé sur des objectifs clairs qui doteront le territoire d’outils efficaces au service d’une gouvernance stable à l’image de la Société Métropolitaine d’Investissements de Douala (SMID), en création, est une démarche que Bordeaux Métropole et la ville de Bordeaux soutiennent fortement».
Alain JUPPE
président Bordeaux Métropole / Maire de la ville de Bordeaux
« Nous saisissons cet honneur qui nous échoit de pouvoir apprécier cette initiative. Il s’agit d’initiative appréciable sur divers plans. Sur le plan social : la Société d’économie mixte de gestion patrimoniale viendra améliorer les conditions de vie des populations de la ville de Douala. Sur le plan économique : en notre qualité d’opérateur économique, nous ne pouvons que louer cette initiative qui permettra à la ville de Douala de lever des ressources durables et profitables à toutes les parties prenantes. La structure proposée nous semble effectivement plus rassurante pour les opérateurs économiques (secteur privé qui doit inéluctablement être en confiance pour ce type d’engagement financier). Sur le plan environnemental : le projet intègre totalement le volet de l’environnement (aménagement des drains, des espaces verts, cadre de vie des populations et autres besoins essentiels au développement durable). Fort de tout ce qui précède, permettez-nous, monsieur le délégué du gouvernement, à travers notre correspondance, de dire avec fierté que nous approuvons votre initiative et espérons qu’elle prendra effectivement corps dans les délais que vous avez prévus. Nous souhaitons donc bon vent à la future Société Métropolitaine d’Investissement de Douala.
Esther Tiako
directeur général NSIA Assurances Cameroun

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!