A la UnePolitiques Publiques

Marchés publics: la région du Centre s’imprègne du nouveau cadre normatif

Du 3 au 4 juillet, les acteurs opérationnels du secteur ont parlé du rôle et attribution de marchés aux Collectivités territoriales décentralisées, des délais supplémentaires de passation des marchés, etc.

Deux jours auront suffi aux présidents et membres des commissions internes de passation des marchés pour vider le sujet sur le nouveau cadre normatif en vigueur. Réunis en atelier, ils ont axé leurs réflexions sur huit exposés à savoir : les enjeux de la réforme et nouvelle architecture du système des marchés publics, le rôle et attributions des acteurs. Puis, les experts ont abordé la question des procédures de passation des marchés ainsi que des délais, des voies de recours et le traitement des désaccords. Enfin la sanction des mauvaises pratiques.
En effet, ces travaux organisés par l’Agence de régulation des marchés publics (Armp) interviennent aux lendemains d’une réforme qui implique la publication d’un nouveau cadre des marchés publics « Il s’agit d’un cadre qui reprécise un certain nombre de rôles, tout en consolidant les règles habituelles des passations des marchés publics. C’est une nouvelle architecture qui redéfinit les rôles, en essayant de vulgariser et nous espérons que tous les participants vont se l’approprier », précise Joseph Ngo, directeur général de l’Agence. Ce séminaire avait pour but de changer les habitudes de ceux qui sont appelés à s’impliquer au niveau des opérations des marchés publics. Il est ainsi question de l’appropriation de la maîtrise des procédures. « Evidemment, quand nous parlons de procédures, nous avons en ligne de mire l’atteinte des objectifs qui sont attachés au financement des projets et plus spécifiquement les impacts recherchés auprès des populations bénéficiaires ».


>> Lire aussi – Marchés publics: plus de 300 entreprises interdites de soumissions entre 2019-2021


Dans le même temps, Jean Paul Mebanda, président de la Commission interne de passation des marchés reconnait que cet atelier est d’un grand apport pour tous les acteurs de l’écosystème « Nous n’avions pas tout le processus d’attribution des marchés et ce séminaire vient à point nommer pour que nous ayons tout le nécessaire pour comprendre les problèmes de DAO, ceux d’attributions, de dépouillement des offres et d’analyses ». Bien avant ce séminaire, les magistrats ont laissé parler leurs émotions. « Nous avons un problème d’élaboration des Dossiers d’élaboration d’appels d’offre (Dao), un problème dans les délais, nous avons quel rôle. Nous ne maîtrisons pas le rôle du maire, celui du président de la commission de passation des marchés », affirme Amos Oum, maire de Ngog-Mapubi. Et d’ajouter que « Nous avons déjà commencé la passation des marchés, mais c’est comme si nous sommes en train de nager dans un océan. Nous fonctions sans textes ».

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!