Politiques Publiques

Rapatriement de la dépouille de Fotso Victor : L’arbitrage de Lejeune Mbella Mbella sollicitée.

Le Consul général du Cameroun à Paris sollicite d'urgence l'arbitrage du Ministre des relations extérieures face à la cacophonie observée sur l'organisation des obsèques de l'homme d'affaires. Alors qu'une partie de la famille planifie la cérémonie mortuaire pour ce 20 juin 2020, une autre frange s'oppose vivement au rapatriement de la dépouille sur le sol camerounais.

Le conflit larvé au sein de la grande famille Victor Fotso connaît un nouveau développement. Après la correspondance d’opposition et de dénonciation du 28 mai 2020 adressée par des veuves de l’homme d’affaires décédé au gouverneur de la région de l’ouest, une autre lettre alimente vivement la polémique. Elle émane de Victor Oben Enoh, le Consul général du Cameroun à Paris, et adressée ce 4 juin 2020 au Ministre des Relations extérieures. « Suite à ce décès (celui de Fotso Victor ndlr), le Consulat général du Cameroun à Paris a été saisi par plusieurs membres de la famille du défunt constitués en deux camps. La première fraction sollicite l’obtention d’une autorisation consulaire pour le rapatriement de la dépouille mortuaire au Cameroun pour les obsèques prévues le 20 juin 2020. La deuxième fraction, quant à elle, s’oppose à la délivrance de ladite autorisation afin de rapatrier ultérieurement le corps et d’organiser dignement les obsèques », indique clairement le Ministre plénipotentiaire Oben Enow Victor. 

Lire aussi : Victor Fotso est décédé

Dans la correspondance du 28 mai 2020 portant en objet «les obsèques de notre époux Fotso Victor Fô Ngniap Gûn de Bandjoun», les veuves de l’homme d’affaires marquaient en effet ardemment leur opposition face au projet d’organisation des obsèques du défunt par «une minorité, enfants d’une ou deux épouses fussent-ils les plus riches et les plus puissants». Pis encore, elles s’offusquaient dans la même lettre de ce qu’«avant la tenue du conseil de famille, Monsieur le Préfet du Nkoung-Khi avec quelques personnes sont venus enfreindre à la loi en enlevant les scellés sur les portes de la résidence de notre feu époux et emporté des objets sans le mandat de la famille».

Lire aussi: La famille de Fotso Victor à couteaux tirés

 Plus clairement, la frange des veuves rejette l’organisation des obsèques de Victor Fotso pour ce 20 juin 2020. D’où le grand embarras d’Oben Enoh Victor face au dilemme Fotso. Le Consul général du Cameroun à Paris requiert par conséquent l’arbitrage de sa hiérarchie «compte tenu des difficultés que rencontrent les membres de la famille de Monsieur Victor Fotso à se mettre d’accord pour la date desdites obsèques et vu que le de cujus était une haute personnalité camerounaise à plusieurs titres, vos hautes instructions à ce sujet sont hautement sollicitées », précise-t-il.

Lire aussi : –« Libération » d’Yves Michel : Victor Fotso s’en prend aux collaborateurs du chef de l’Etat

Le drame familial post-mortem au sein du vaste clan Fotso Victor dévoile ainsi au grand jour les sons dissonants aux enjeux multiples qui s’échappent au sein de la déscendance direct de l’homme d’affaires. Enjeux financiers, traditionnels, politiques et même successoraux. Ce nouveau développement confirme la profonde scission entre la centaine d’enfants Fotso, les veuves, avec en toile de fond, l’implication des autorités administratives, politiques et traditionnelles. A titre de rappel, Victor Fotso est décédé le 19 mars en France après des soins intensifs subis dans un hôpital parisien. Fotso Victor était en effet Maire de la commune de Pète-Bandjoun jusqu’à sa mort. Il était également à la tête d’un important empire financier diversifié dans l’agro-industrie, le bâtiment, la banque, les services, l’industrie manufacturière etc.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page