Afrique CentraleCongo
A la Une

Programme économique et financier: le FMI accorde un financement de 25,3 milliards de Fcfa au Congo

Le financement a été obtenu à l’issue de la 3e revue de l’accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC). Mais il ressort tout de même de revue que trois des cinq critères de réalisation liés à la situation des finances publiques et à la gestion du service de la dette n’ont pas été respectés.

25,335 milliards de Fcfa (43 millions de dollars/32,4 millions de DTS). C’est le nouveau décaissement que le Fonds monétaire international (FMI), vient de décaisser au profit du Congo à l’issue de la 3e revue de l’accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC). Avec ce nouveau décaissement de l’institution de Bretton Woods, cela porte à 226,8 millions de DTS (droits de tirage spéciaux) l’enveloppe déjà débloquée dans le cadre de cette facilité approuvée le 21 janvier 2022 d’un montant global de 324 millions de DTS.

Lire aussi : Congo: le FMI prescrit la rationalisation des subventions

Bien que ce décaissement ait été approuvé, il faut dire que les résultats qu’affiche le pays dans le cadre de ce programme sont en demi-teinte. En effet, « trois des cinq critères de réalisation liés à la situation des finances publiques et à la gestion du service de la dette n’ont pas été respectés, ce qui a incité les autorités à demander des dérogations pour ces trois critères et à prendre des mesures correctives fortes. », communiqué du FMI.

De façon plus précise, il s’agit ici des « critères de réalisation à fin décembre, relatifs au solde primaire non pétrolier et au financement intérieur net, n’ont pas été respectés, en raison de l’augmentation des subventions liées au pétrole, de la hausse des dépenses intérieures et de l’accumulation plus importante de dépôts fiduciaires. Le critère de réalisation continu sur la non-accumulation de nouveaux arriérés extérieurs a été enfreint à la suite de retards dans le paiement du service de la dette. Des progrès ont été accomplis dans la poursuite des réformes structurelles : deux repères structurels sur cinq ont été atteints dans les délais et un autre a été mis en œuvre avec du retard.», s’est exprimé Kenji Okamura, directeur général adjoint et président par intérim du FMI. Indiquons que les avancées observées ici s’observent en matière de planification de la commande publique, de la publication des données sur la dette et des efforts pour accroître la transparence.

Lire aussi : Congo-FMI : en route vers un 3ème décaissement

Sur le point précis des subventions pétrolières indiquons que le FMI, au Congo, reste dans l’attente d’une déréglementation progressive des prix des carburants. Toutes choses qui permettront au pays de dégager des ressources financières orientées vers les dépenses de développement, le paiement des arriérés intérieurs ainsi que des aides sociales ciblées en faveur des plus vulnérables. Les autorités ne sont pas encore parvenues au seuil minimum critique de 50% voulu par le Fonds concernant la rationalisation des subventions du soutien public des prix des carburants à la pompe. Le gouvernement jusqu’ici n’a consenti qu’une hausse de 5% seulement dans les stations-services alors que le FMI exigeait 65% d’augmentation.

Lire aussi : Hydrocarbures : le Congo construit sa première usine de production de Gaz naturel liquéfie à Pointe-Noire

Rappelons que « Les mesures mises en œuvre dans le cadre de ce programme appuyé par la FEC permettront de remédier aux facteurs de fragilité du pays et de jeter les bases d’une croissance plus forte, plus résiliente et plus inclusive en République du Congo.», rassure le FMI.

A LIRE AUSSI

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page