Politiques Publiques
A la Une

Autoroute Yaoundé-Nsimalen : la section urbaine dans l’impasse

La Minhdu qui pilote le projet attend depuis avril 2021 l’avis de la présidence de la République pour la signature d’un mémorandum d’entente avec l’entreprise espagnole Sistemecs en vue de la réalisation du projet, en vain.

En octobre 2019, une délégation composée de responsables Du ministère de l’emploi et du ministère de l’Habitat et développement urbain (Minhdu) et des quatre communes traversées par l’autoroute en construction entre Yaoundé et l’aéroport international de Nsimalen (Mfou, Bikop, Yaoundé II et Yaoundé III), avait été envoyée à Dakar pour s’imprégner de l’expérience sénégalaise en matière de gestion de ce type de projet ; le Sénégal disposant de l’un des plus longs réseaux autoroutiers à péage en Afrique de l’Ouest (221 kilomètres). De retour à Yaoundé, la Minhdu Ketcha Courtès qui pilote le projet avait annoncé pour début 2020 le démarrage des travaux de la section urbaine de l’autoroute longue de 9 kilomètres, sans dire mot sur la question des indemnisations qui suscite moult interrogations depuis le lancement de la section rase campagne en 2014. Le gouvernement continue de maintenir le flou autour du montant des indemnisations liées aux expropriations. Des sources proches du dossier parlent d’environ 250 milliards Fcfa à débourser par le trésor public.

Lire aussi : Infrastructures publiques : les autoroutes à livrer en 2021

L’Etat qui doit indemniser les investissements situés le long de l’itinéraire de cette section, est d’autant plus embarrassé qu’il s’agit d’une infrastructure dont la rentabilité économique n’est pas établie. Le problème a notamment été posé par l’ancien Minhdu Jean- Claude Mbwentchou, pour qui l’autoroute Yaoundé- Nsimalen devait s’arrêter à la section rase campagne achevé l’an dernier. C’est l’ex-délégué du gouvernement, Gilbert Tsimi Evouna, qui aurait convaincu le palais de prolonger le projet jusqu’au boulevard Jean-Paul II, en contrebas du Palais des congrès. Pour revenir à la conduite du projet, après le rendez-vous manqué de début 2020, l’actuel Minhdu qui ne trouve pas d’inconvénient au fait qu’une autoroute traverse la ville, écrit au ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République (Sg/Pr), Ferdinand Ngoh Ngoh, le 16 avril 2021, pour requérir son accord en vue de la signature d’un mémorandum d’entente avec l’entreprise espagnole Sistemecs pour le financement et la réalisation des travaux de cette section.

Lire aussi : Marché des capitaux : le Cameroun a mobilisé plus de 4000 milliards dans la Cemac en 10 ans

Mais plus d’un an après, le projet de mémorandum annexé à la correspondance reste bloquée sans raison officielle à la présidence de la République. Fin 2021, lors du lancement des travaux du désormais célèbre « Monument Patriote » construit par la communauté urbaine au niveau du rond- point de la Primature, Célestine Ketcha Courtès a dit avoir instruit les bureaux d’études Study et Louis Berger, d’actualiser les études de cette section urbaine de l’autoroute, en vue d’intégrer cette place où devait être construit un échangeur. A la communauté urbaine, des sources indiquent que l’avenir de l’autoroute est incertain. Ce qui laisse sous- entendre que la présidence de la République a revu sa position par rapport à ce projet hautement coûteux en prenant en compte la facture des indemnisations.

Lire aussi : Autoroute Yaoundé-Nsimalen : dès fin septembre 2019, les emprises non libérées seront démolies

Pour mémoire, le montant total du financement des travaux de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen, hormis les indemnisations, s’élève à 189,8 milliards Fcfa. La phase II de ce projet porte sur un linéaire de 9 kilomètres, du quartier Ahala au Boulevard Jean- Paul II, situé en contrebas du Palais des congrès de Yaoundé, en passant par les quartiers Nsam, Olezoa, la Poste centrale et Tsinga. Si le montant des indemnisations mentionné supra est réel, l’autoroute avalera à terme un peu plus de 440 milliards Fcfa.

Jean Omer Eyango

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page