Conjoncture
A la Une

Cemac : le Cameroun transporte 23 millions de tonnes de marchandises par route vers ses voisins

De l’an 2000 à 2018, l’on dénombre aussi, 948.814 rotations de véhicules effectuées en direction du Tchad, de la RCA, du Congo, Gabon et Guinée Équatoriale. Toutefois, le secteur reste miné par plusieurs entraves qui étaient au centre des débats ce 3 novembre 2020 à Douala.

Qualifié de «réunion de haut niveau», par El Hadj Oumarou, Coordonnateur du Bureau de gestion du fret terrestre (Bgft), organisateur de l’événement, l’atelier de sensibilisation et d’information des acteurs du secteur des transports et du commerce sur la réglementation communautaire en matière de transport et de transit routiers des marchandises sur les corridors reliant le Cameroun aux pays voisins d’Afrique centrale. Les plénipotentiaires du  Gabon, le Congo, la Guinée Équatoriale, la RCA, le Tchad ont en effet participé aux travaux  de la capitale économique camerounaise. Au-delà de l’enjeu principal de l’atelier, plusieurs dossiers ont fait l’objet de discussions entre les représentants de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (Ceeac), de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), les ministères des Relations extérieures, des Transports, des Finances, des Travaux publics, du Commerce, des Forêts et de la faune, le Comité national de facilitation des échanges (Conafe), le Conseil national des chargeurs du Cameroun (Cncc), transporteurs, les forces de l’ordre, la Direction générale des douanes, les transitaires et bailleurs de fret, syndicats et associations professionnelles du secteur etc…

Lire aussi : Transport terrestre: vers une augmentation du prix du fret sur le corridor Douala-Bangui

Il s’agit notamment des tracasseries sur les corridors, le non-respect de la réglementation applicable aux commerçants et transporteurs, la violation de la réglementation et des conventions bilatérales en matière de transport terrestre des marchandises etc….D’après El Hadj Oumarou, le Coordonnateur du Bgft, l’atelier de Douala vise à « sensibiliser et informer les acteurs et participants sur les bonnes pratiques, les comportements sains et professionnels dans le transport routier des marchandises long des corridors des pays d’Afrique centrale à partir du Cameroun». Il marque par ailleurs, poursuit-il, «le début d’une autre étape d’un long processus pérenne et susceptible d’aboutir à un idéal d’intégration économique sous régional». Pays-port des Etats sous régionaux sans façade maritime, le Cameroun est également la plaque tournante et le poumon économique de la sous-région. 

Facilitation

Le couloir de transport de marchandises camerounais est ainsi astreint à la sécurisation, l’attractivité, la facilité, la compétitivité et la préférence. Pour se faire, les acteurs camerounais du transport des marchandises  se sont résolument penchés sur les résolutions de la 2ème réunion du comité régional de facilitation des échanges en Afrique centrale tenue du 30 au 3 octobre 2019 à Kinshasa en République démocratique du Congo: la dématérialisation des procédures relatives à la délivrance des instruments de facilitation des échanges et de suivi des cargaisons sur les corridors de transit, la promotion et la vulgarisation des meilleures pratiques en matière de gestion intelligente de la facilitation du transport et du transit: «il y’a eu des avancées notables du côté camerounais», a confirmé le Coordonnateur du Bgft. 

Lire aussi : Les transporteurs routiers renoncent au débrayage

Les différents acteurs du transport au Cameroun disposent en d’outils modernes de facilitation des échanges (suivi des cargaisons, dématérialisation des procédures, obtention des titres de transport par voie électronique etc…). Des innovations qui ont eu des conséquences positives sur le transport routier des marchandises en provenance du Cameroun vers les pays de la Cemac et de la Ceeac. Sur la qualité du linéaire routier, les délais de route et les rotations de trafics. Avec un réseau routier de 7252,8 km de routes bitumées (4570 km de routes nationales, 1562 km de routes communales, 1042 km de routes régionales et 78,8 km d’autoroutes), le Cameroun a drainé vers les pays de la Cemac un total cumulé de 23.414.407 tonnes de marchandises et 948.814 mouvements de véhicules de 2000 à 2018: Cameroun-Tchad (9.438.674 tonnes pour 374.341 mouvements de véhicules), Cameroun-RCA (8.486.204 tonnes/324.696 mouvements), Cameroun-Gabon (155.930 tonnes/20.599 mouvements), Cameroun-Congo (5.235.131 tonnes/222.941 mouvements), Cameroun-Guinée Équatoriale (98.468 tonnes/6 227 mouvements). 

Lire aussi : Transport urbain : 17 agences de voyages en situation irrégulière

L’atelier de sensibilisation et d’information des acteurs du secteur des transports et du commerce sur la réglementation communautaire en matière de transport et de transit routiers des marchandises sur les corridors reliant le Cameroun aux pays voisins d’Afrique centrale a connu successivement comme articulations thématiques: la réglementation nationale en matière de transport routier des marchandises, la réglementation communautaire en Afrique centrale sur le transport terrestre des marchandises par le Pr. Vincent Ntuda Ebode, les exposés du Bgft, de la Douane camerounaise, du Mindef, du SED, de la Dgsn, du Conafe, du Mincommerce, Minfof, etc….Les travaux présidés par Samuel Ivaha Diboua, le Gouverneur de la Région du Littoral ont été sanctionnés par des recommandations.

Lire aussi : Covid-19 : le transport intra-urbain infecté

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page