A la UneConjonctureNon classé

Incertitudes sur les examens officiels 2019 au Cameroun

Des sources bien introduites renseignent que l’Office du Baccalauréat du Cameroun, dirigée par Roger Etienne Minkoulou depuis le 31 janvier 2018 est en panne de matériels logistiques pouvant acheminer les épreuves vers les centres de composition. De même, il manque de ressources pour imprimer les feuilles de composition. La faute au paiement par mobile des frais d’examens institué par le ministère des Enseignements secondaires.

Il y a péril sur les examens officiels 2019 au Cameroun.  L’Office du baccalauréat du Cameroun (OBC), organe en charge de l’organisation des examens francophones du second cycle évoque des dysfonctionnements qui peuvent empêcher le bon déroulement des examens officiels 2019.  Selon des sources proches de l’Organisation des compositions,  des frais d’examens payés par les candidats en tout début d’année n’ont toujours pas été reversés  dans les caisses de l’OBC. Conséquence, l’Office ne dispose pas de moyens financiers devant permettre d’acquérir  du matériel logistique, pis encore imprimer les feuilles de composition.

Le 02 mars dernier,  les candidats aux Brevets d’études professionnelles commerciaux et ceux des Brevets professionnels commerciaux ont frôlé le pire en ouvrant le bal de la session 2019 des examens officiels. « A trois jours du début de ces examens, aucun matériel n’était disponible. Toute la logistique que nous avons utilisé était celle de l’année dernière » précise une source sous-anonymat.

Le trésor public mis en cause

Une situation que l’OBC impute au nouveau mode de paiement mobile des frais d’examens institué par le ministère des Enseignements secondaires. « Les années précédentes, à cette heure, les frais d’examen étaient déjà disponibles dans le compte de l’OBC. Etant donné que chaque chef d’établissement acheminait l’argent perçu à la scolarité mensuellement à l’OBC. Depuis le paiement de ces frais par le mobile money, l’argent est reversé au Trésor. Et vous savez qu’au Trésor on sort l’argent selon certaines priorités » regrette une source sous-anonymat.

La même préoccupation pourrait conduire au non-paiement des frais de corrections, les indemnités de déplacement des correcteurs et ceux relatifs à la coordination.

Détournement de frais d’examens officiels 

Pourtant, la ministre des Enseignements secondaires, Nalova Lyonga, en signant avec quatre sociétés opérant dans le paiement par mobile, une convention en vue d’opérationnaliser dès l’année 2019, le paiement des frais d’examens officiels par mobile money croyait mettre un terme aux détournements de ces frais par les élèves eux-mêmes, ou alors par certains chefs d’établissements, qui hypothèquent souvent l’année scolaire d’innocents élèves.

Les opérateurs de téléphonie mobile concernées par cette initiative sont Orange et MTN ; l’opérateur du transfert d’argent, Express Union; et le postier public, Campost. Ils devaient mettre sur pied une plateforme à cet effet, afin de faciliter les opérations de paiements des frais d’examen, ainsi que l’authentification et la validation de ces opérations par les chefs d’établissements.

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!