Conjoncture

Désordre urbain : les Moto-taximen narguent la décision du Préfet du Mfoundi

En interdisant jeudi 02 mai 2019, la circulation des Motocycles dans la zone centrale de la ville de Yaoundé, Jean-Claude Tsila était loin de s’imaginer que sa mesure contribuerait à raviver la haine entre les agents de la voirie municipale et les « Benskineurs ».

La décision de Jean-Claude Tsila, préfet du Mfoundi,  de limiter  la circulation des mototaxis dans les périphéries de Yaoundé n’a point reçu un écho favorable. Pour preuve,  jeudi 09 mai 2019, au lieudit « Voirie municipale » des échauffourées éclatent entre agents de la police municipale et ces conducteurs de motocycles. Motif : Une centaine de conducteurs de motos encore stationnés sur des axes interdits subit les frasques des « gros bras » communément appelés « Awara ».  Le premier bilan fait état d’une dizaine de blessés et d’un véhicule de la voirie municipale endommagé.

En clair,  les moto-taximen réclament « l’annulation de la note du Préfet leur interdisant de circuler à certains endroits de la ville et surtout la dissolution de la police municipale ».  Sur le site de l’incident tous criaient à tue-tête « Nous ne demandons rien à personne, juste manger à la sueur de notre front. Nous avons des diplômes, mais nous n’arrivons pas à avoir un emploi. Lorsque nous voulons simplement nous débrouiller c’est également un problème. Vraiment qu’allons-nous donc faire à la fin ».

Dans un récent communiqué, le préfet du Mfoundi réitère que la circulation des motocycles n’est tolérée qu’en périphérie et non au centre-ville. Comme ses prédécesseurs en l’occurrence Gilbert Tsimi Evouna, délégué du gouvernement à la communauté urbaine de Yaoundé,  la première personnalité du Mfoundi  n’en veut plus. JeanClaude Tsila rappelle pour le déplorer « l’envahissement du centre-ville par les motocycles au mépris, des dispositions pertinentes de l’arrêté n°005/Cuy/Dst/12 du 12 janvier 2012.

Comme lors des dernières sorties sur la question, l’administrateur civil principal  cible cinq arrondissements excepté l’arrondissement de Yaoundé IV.  Sur ce,  il prend la peine d’indiquer les sites où l’on ne devrait jamais repérer ces engins à deux roues. Notamment les zones centrales délimitées par les carrefours Mvog-Mbi, Coron, Olézoa, Tongolo, le Boulevard de la Réunification, le Rond-point Bastos…et bien d’autres lieux semblables.

Dans l’arrondissement de Yaoundé Ier par exemple, la Route Emana-Messassi-Olembé leur est proscrite. Tout comme celle allant du marché Etoudi à l’Hôpital général entre autres.

A Yaoundé V, les motocycles sont interdits de circulation de la route de l’Hôpital général à la Rue Manfred Otto Fouda en passant  par la Rue Martin Tabi Essomba (Place Mvog-Ada-Corneillet-Emombo) .

Dans la commune de Yaoundé VI, la Rue Avenue Biyem-Assi, Mvolyé, Nsimeyong,  etc. figurent aussi sur cette liste. Dans l’ensemble, tous les axes principaux des quartiers leur sont prohibés.

Tags

Related Articles

Back to top button
Close
Close