A la UnePolitiques Publiques

Energie: bientôt une mini centrale hydroélectrique pour desservir Tibati et ses environs

D’une puissance de 1,4 MW, la pause de la première pierre de l’infrastructure du village Mbakaou a été effectuée le 20 juin dernier.

Bientôt, la localité de Mbakaou, située dans l’arrondissement de Tibati, département du Djerem, sera suffisamment alimentée en électricité. Ce sera grâce à sa future mini-centrale hydroélectrique dont la construction a été lancée le jeudi  20 juin 2019  par le Secrétaire général du ministère de l’Eau et de l’Energie, Adolphe Ndjouke Thome.  En effet, d’une puissance globale de 1,4 MW, cette nouvelle centrale électrique va alimenter, hormis Mbakaou et Tibati, six autres localités non desservies (Makendao, Boninting, Liboum, Naskoul, Gantang, Combo), pour un total de près de 2800 nouveaux ménages. Précisons que jusqu’ici, ce sont deux groupes électrogènes qui fournissent l’énergie électrique à la localité de Mbakaou et ses environs.

Le projet est porté par la société privée Innovation Energis Development (IED) qui s’est réunie en cartel avec l’Agence d’Electrification rurale (AER), l’Union européenne, et la Bgfi Bank pour la mobilisation des fonds nécessaires à sa réalisation. Le coût du projet s’élève à 4,5 milliards de Fcfa : « 1 milliards est apporté par IED invest Cameroun (porteur du projet) qui bénéficie d’un appui du Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) et assure le financement du projet par ses ressources propres et son partenaire bancaire BGFI Bank. Aussi, le projet bénéficie d’un appui de 1,6 milliard Fcfa au titre de la subvention de la facilité énergie de l’Union européenne et une subvention de 961 millions Fcfa apportés par le Fonds d’Energie rurale », a précisé Moussa Ousmanou, directeur de l’AER, dans une interview accordée à la presse.

La réception des ouvrages est prévue pour 2020 et Eid Invest qui vendra l’énergie produite à Eneo en assurera l’exploitation pendant 20 ans selon de bonnes sources. Par ailleurs, l’on apprend de la même source que cette mini-centrale hydro électrique va permettre de faire des économies de l’ordre de 300 millions par an et réduire les émissions de dioxyde de carbone de 3200 tonnes dès la première année.

Rappelons que ce projet qui prend corps est le résultat de l’aboutissement des mesures incitatives prises par le gouvernement en 2011 pour favoriser les investissements du secteur privé au Cameroun. En effet, faute d’un cadre incitatif, pendant treize années (1998-2011), aucun opérateur privé ne s’est aventuré dans le sous-secteur de l’électrification rurale ou de la petite production indépendante à base d’énergie renouvelable (EnR). Ce n’est qu’en 2011 que la société IED-Invest a décidé de développer, réaliser et exploiter une petite centrale hydroélectrique (PCH) sur le site de Mbakaou Carrière, en s’appuyant sur la nouvelle Loi Cadre d’Electricité plus favorable à la production d’EnR.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!