A la UneBusiness

Sosucam : les dessous du limogeage de Louis Yinda

Officiellement, le manager camerounais fera valoir ses droits à la retraite dès le 31 décembre 2018. Pourtant la polémique enfle sur son limogeage suite à des rapports devenus difficiles avec le groupe Castel, actionnaire majoritaire de Somdiaa, ainsi qu'avec la Présidence de la République du Cameroun.

18 ans. C’est le nombre d’années passé par Louis Yinda à la tête de la Société sucrière du Cameroun (Sosucam). Un conseil d’administration déroulé ce 27 novembre 2018 vient de mettre un terme au long règne de l’homme d’affaires camerounais comme  Président Directeur général de la principale entreprise de production et de commercialisation du sucre au Cameroun et en sous-région Afrique centrale.

Louis Yinda sera remplacé dès le 1er janvier 2019 prochain par Alexandre Vilgrain, proposé par le Groupe Castel, actionnaire majoritaire de Somdiaa. Alexandre Vilegrain sera secondé par deux directeurs généraux adjoints : Gilles Drouin, autre français et Samuel Libock, de nationalité camerounaise et proche de Louis Yinda. Le départ annoncé de ce dernier a laissé libre cours à diverses interprétations.

Officiellement, le manager quitte le navire Sosucam, « admis à faire valoir ses droits à la retraite« . Pour d’autres, Louis Yinda paierait cash ses rapports tendus avec la Présidence de la République et la société mère hexagonale. D’où cette folle rumeur sur « son limogeage« .  Son départ aurait d’ailleurs été évoqué par l’actionnaire majoritaire en début d’année 2018. Âgé de 70 ans, on connaissait Louis Yinda affaibli par la maladie malgré une intense activité politique au sein du Rdpc, où il reste le patron dans la Sanaga maritime.

Avec un capital social de 13.925.000.000 de FCFA, la Sosucam est détenue à 72,72% par le groupe français Somdiaa. 27,28% appartenant à l’Etat du Cameroun et à divers petits porteurs privés. Créée en 1964, la Sosucam cultive 18.700 hectares de plantations de cannes à sucre. 1,08 millions de tonnes de canne à sucre broyées sur deux sites  sucriers, Mbandjock et Nkoteng. La Sosucam produit 130.000 tonnes de sucre annuellement dont 17.000 tonnes en morceaux. 100.000 tonnes de sa production est écoulée sur le marché national. Certains pays de la sous-région étant approvisionnés essentiellement en sucre extra-raffiné utilisés par les brasseurs.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!