Banques et Finances
A la Une

Emprunt obligataire du Tchad: les souscriptions s’ouvrent le 12 décembre

L’opération a reçu le feu vert de la Commission de surveillance du marché financier d'Afrique centrale (Cosumaf), le régulateur du marché financier dans la région. Elle sera rémunérée au taux annuel de 6,50% avec un différé d’un an.

L’Etat du Tchad s’apprête à lancer cette année, le 3e emprunt obligataire de son histoire, pour le financement de certains de ses projets inscrits dans le Budget pour l’exercice 2022/2023. Les souscriptions sur cet emprunt démarrent officiellement le 12 décembre 2022. Dénommée « EOT 6,50% Net 2022-2028 », cette opération d’une maturité de 6 ans vise à mobiliser une enveloppe de 100 milliards de Fcfa auprès des investisseurs de la région. La période de souscription s’étendra jusqu’au 20 de ce même mois. Sont appelés à souscrire, toute personne physique ou morale résidente ou non dans la Cemac.

L’opération a reçu le feu vert de la Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale (Cosumaf), le régulateur du marché financier dans la région. Elle sera rémunérée au taux annuel de 6,50% avec un différé d’un an. Cela signifie que les souscripteurs à cette opération dont le titre est valorisé à 10 000 Fcfa ne toucheront qu’une partie des intérêts à la première date d’anniversaire ; l’amortissement du capital ne démarrant qu’à partir de la 2e année. 

Comme pour toutes les opérations du marché, le mécanisme de remboursement est garanti par la banque centrale via le débit d’office. Dans le détail, un compte séquestre dénommé « Compte séquestre-Amortissement de l’Emprunt Obligataire de l’Etat Tchadien EOT 6,50% Net 2022-2028 » sera ouvert dans les livres de la Beac. Chaque mois, elle va prélever par débit d’office, un montant du compte du Trésor qu’elle reversera dans le compte d’amortissement. A chaque échéance de remboursement, elle débitera le compte d’amortissement pour créditer le ou les comptes des investisseurs ayant souscrits à cet emprunt.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page