A la UneConjoncture

Gaz domestique : 35 milliards injectés par l’Etat pour maintenir inchangés les prix en 2018

Grâce à un système de péréquation, ces financements ont permis de faire face aux importations, pour combler le déficit de production nationale. Ces précisions ont été données le 21 juin dernier, au cours de 43ème session ordinaire du conseil d’administration de la Caisse de Stabilisation des Prix des Hydrocarbures (CSPH).

Le prix du gaz domestique (GPL) est donc resté inchangé au cours de l’exercice 2018, soit 6500 FCFA pour une bouteille de 12,5kg. Mais ce que le grand public ignore, c’est que le résultat de beaucoup d’effort pour les pouvoirs publics. Car la conjoncture, dans l’ensemble, a été très défavorable au cours de cet exercice. Notamment au niveau international, par une hausse généralisée des cours du pétrole brut et des cotations des produits finis, et au niveau national par une production limitée en gaz domestique et une baisse de la consommation des produits pétroliers dans certaines régions. Une conjoncture favorable aux importations en gaz domestique pour combler le gap inhérent à la baisse de la production locale.


>> Lire aussi – Gaz naturel: la SNH permet au Cameroun d’intégrer le Top 20 des exportateurs


On se rappelle qu’au cours du passage du ministre de l’Eau et de l’Energie devant les parlementaires en décembre 2018 pour la défense du budget de son département ministériel pour l’exercice 2019, Gaston Eloundou Essomba avait indiqué qu’ « au cours des neuf premiers mois de 2018, une quantité de 79 428 TM de GPL a été importée contre 71 068 TM au cours de la même période en 2017, soit un taux de croissance de 11,8%, preuve que le marché du GPL est loin d’être saturé ». Bien que les capacités de stockage ont été portées de 6 488 TM à 7 488 TM en 2018, avec deux nouvelles sphères d’une capacité de 500 TM chacune, construites par la SNH à Bipaga (Kribi).


>> Lire aussi – La Russie veut investir dans le gaz naturel liquéfié au Cameroun


Face donc à déficit de production nationale de gaz domestique, les pouvoirs publics, à travers la Caisse de Stabilisation des Prix des Hydrocarbures (CSPH), ont dû injecter un montant de 35 milliards de FCFA pour importer le gaz domestique en 2018. Cette précision a été apportée le 21 juin dernier, au cours de 43ème session ordinaire du conseil d’administration de la CSPH. En rapport avec la situation de sinistre que vit actuellement l’unique raffinerie du Cameroun, la Société Nationale de Raffinerie (Sonara), victime d’un incendie, le 31 mai dernier, le conseil d’administration de la CSPH a engagé la direction générale à prendre toutes les mesures permettant non seulement de veiller à la stricte application des prix en vigueur, mais également de prévenir toute perturbation du circuit intérieur d’approvisionnement en produits pétroliers.
S’agissant des comptes de cette entreprise, le conseil d’administration, apprend-on, après débats a approuvé les comptes de l’exercice 2018 arrêtés ainsi qu’il suit : une situation patrimoniale de 128 125 922 883 FCFA ; des produits globaux de 61 403 803 623 FCFA ; des charges globales de 57 618 970 266 FCFA, pour un résultat net de 3 784 833 357 FCFA. Toute chose qui a valu les félicitations du conseil d’administration à la direction générale pour les résultats engrangés, ainsi que pour la qualité et la clarté des documents présentés, avec en sus un quitus donné pour sa gestion.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!