A la UneBanques et Finances

Scb Cameroun: des cadres aux arrêts pour 2 milliards de FCFA

Parmi les personnes interpellées depuis le 1er mars 2019, figurent également deux opérateurs économiques. Tous soupçonnés d'être au centre d'un réseau insoupçonnable de virements occultes de fonds au sein de la banque marocaine. Leur interpellation fait suite à une plainte de Mohammed Mejbar, le Directeur général de la Scb.

Que se passe-t-il à la Société camerounaise de banque (Scb), filiale du Groupe marocain Attijariwafa Bank? De sources bien introduites, une plainte a été récemment déposée par Mohammed Mejbar, le Directeur général marocain de cette institution financière à la Direction régionale de la Police Judiciaire pour le littoral à Douala-Bonanjo. Plainte contre des cadres employés de la banque. D’après notre source, l’institution a enregistré d’importantes pertes financières consécutives à des virements suspects dans certains comptes. Indexés, des cadres officiant à la Direction informatique de la Scb, et placés depuis le 1er mars 2019 en détention provisoire à la Direction régionale de la Police Judiciaire pour le Littoral. Tous relèvent de Douala où se trouve le siège de la banque, en attendant que l’enquête en cours dévoile d’autres suspects. A ce stade de l’affaire, au total  cinq personnes ont été interpelées, dont 3 employés et deux opérateurs économiques locaux. Ces personnes, d’après nos enquêtes, ont récemment reçu dans leur compte, d’importantes sommes d’argent. Le montant total des fonds transférés de façon occulte est estimé à environ 2 milliards de F.CFA.


>> Lire aussi – Les neufs banques crédibles du Cameroun selon la Beac


Si des têtes commencent à tomber, des interrogations fusent à propos du « ciblage des personnes interpellées et la vitesse d´exécution des opérations« . Car , informe notre source, « dans le système bancaire, les engagements et les mouvements financiers sont soumis à des niveau de responsabilité gérés par les accès et codes informatiques traçables ». Ainsi, pense-t-elle, « Il est curieux de savoir que certains responsables des systèmes d’information de la banque ayant des droits particuliers dans le dit système bancaire ne soient pas impliqués dans cette vague d´interpellations et d’ouverture d’enquête au premier niveau du fait de leur responsabilité hiérarchique dans le système informatisé de traitement des données« .


>> Lire aussi – Pourquoi la Cobac a-t-elle sanctionné Afriland, Ecobank, UBA et BGFI ?


Par ailleurs, signale la même source, « les multinationales installées au Cameroun comme dans d´autres pays africains et du monde, pour des besoins de sécurité de leurs opérations, gardent la main au niveau du siège central sur les niveaux d’accès et autres codes de gestions particuliers et sensibles qui engagent leur entreprise tant dans les filiales qu’au niveau de la maison mère« . Pour le cas de la Scb-Cameroun, la centrale des opérations et des engagements est logée et diligentée, à partir de Casablanca au Maroc, siège de la Attijariwafa Bank.

Pourrait-on évoquer la thèse d’une attaque cybernétique ? Thèse probable.

Rappelons  qu’une cyber attaque a récemment été détectée et déjouée à la Bceao, la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Ainsi que dans certaines banques comme la Cbao Sénégal, autre filiale du Marocain Attijariwafa Bank, où des virements frauduleux ont également été interceptés en janvier 2019.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!