A la UneVisages de la semaine

François Bolvine Wakata: la récompense de la discipline au travail

L’ex-conseiller du Premier ministre hérite de l’important portefeuille de ministre délégué à la Présidence chargé des Relations avec les Assemblées.

C’est une ascension fulgurante. Bolvine Wakata fait son entrée dans le gouvernement en remplaçant un ministre d’Etat, Amadou Ali, au poste de ministre délégué à la Présidence chargé des Relations avec les Assemblées. Un portefeuille de souveraineté qui a souvent été occupé par des poids lourds de la République, à l’instar d’Amadou Ali, Grégoire Owona.

La nomination de ce natif de Diang (Est du Cameroun) au poste de ministre délégué à la Présidence chargé des Relations avec les Assemblées peut donc être analysée comme une récompense. Car, pour ceux qui le connaissent, l’homme se distingue par sa discipline au travail. Du temps où il était conseiller du Premier ministre, il était le premier à arriver au bureau et le ne le quittait jamais avant le départ du PM. Dans le traitement des dossiers, il brille par sa rigueur.

L’on se souvient à ce propos de sa brouille avec Issa tchiroma, alors ministre de la Communication

L’on se souvient à ce propos de sa brouille avec Issa tchiroma, alors ministre de la Communication. Bolvine Wakata était alors coordonnateur de l’unité technique opérationnelle du Cameroon Digital Television (CAM-DTV), le comité national de pilotage de la migration de l’analogique au numérique. L’objet de la brouille portait sur la loi sur la télévision numérique qui était adoptée à l’Assemblée nationale.

En pleine session, le ministre de la Communication avait alors décidé de modifier l’article 25 de cette loi sur l’activité audiovisuelle qui disposait que : « Les activités d’éditeur et d’agrégateur sont incompatibles avec les activités des opérateurs du réseau de diffusion ». Issa TCHIROMA avait alors ajouté dans  l’alinéa suivant que: « Les dispositions visées à l’article ci-dessus ne s’applique pas aux opérateurs de l’audiovisuel public ». Ce qui remettait à  la CRTV seul opérateur public dont il était le PCA au centre de la future infrastructure de multiplexage que les opérateurs audiovisuels devraient partager pour la diffusion de leurs programmes.

Le multiplexage étant compris comme une technique permettant de transporter plusieurs chaînes de télévision dans un seul canal de télévision numérique.

WAKATA Bolvine avait alors estime qu’ « Il serait bon que l’opinion sache que le Cameroun va droit vers un mur…Le CAM-DTV est en désaccord total et persistant avec tout ce que le MINCOM dit ou entreprend et qui est en contradiction avec la volonté du gouvernement, tel que précisée dans le document de stratégie de migration au numérique, adopté en septembre 2012, avec M. Tchiroma comme Vice-président du CAM-DTV ».

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!