Conjoncture

Contrebande : des produits hypnotiques saisis à Douala

Au total, 332.850 produits pharmaceutiques en provenance d'Allemagne et du Nigéria ont été interceptés par les éléments de la Zone 1 de l'opération Halcomi 3.

La Mission Halcomi 3 a de nouveau frappé. Sa zone 1 vient d’intercepter  d’importants stocks de produits pharmaceutiques et alimentaires. Les saisies ont été effectuées successivement dans plusieurs points de la ville de Douala par les éléments de la douane camerounaise. D’abord, le 26 juin à Bonaberi, dans l’arrondissement de Douala 4ème. A la suite d’un contrôle de circulation, les gabelous ont intercepté à bord d’un camion conteneur,  399.000 comprimés, 3700 ampoules injectables, et 200 flacons de médicaments divers. De source douanière, la curieuse cargaison provenait du Nigéria voisin, après avoir transité par la région du Sud-ouest.

Le 30 juin 2019, d’autres produits pharmaceutiques sont tombés dans les mailles du filet des douaniers de la zone 1 de l’opération Halte au commerce illicite (Halcomi) 3. Il s’agit de 1000 flacons de 20 tablettes de calcium en provenance d’Allemagne. Le 2 juillet 2019 dans l’arrondissement de Douala 3ème, ce sont 2000 ampoules de Natriiphenobarbital de 200 mg, 6000 ampoules de Diazepam injection, 17280 flacons injectables de Ketamine Hydrochloride, 2400 comprimés de Valium Roche, 270 comprimés de Triumeq, ainsi qu’un important lot d’ampoules de Mixtard et de Prosofol Frenesis.

Les hommes du Commandant Philémon Amougou Owona, le coordonnateur de l’opération Halcomi 3, dans la zone 1 qui couvre les régions du Littoral, de l’Ouest, du Nord-Ouest et du Sud-ouest, ont par ailleurs mis la main, le 30 juin 2019, sur 149 bidons de 20 litres d’huile végétale de contrebande importés d’un pays voisin: «l’interception s’est effectuée au cours d’une opération de surveillance fluviale, en collaboration avec la marine nationale», a précisé le coordonnateur de l’opération Halcomi 3, zone 1. Zone qui utilise de plus en plus, d’après le colonel Hugues Kouetche, le chef des opérations Halcomi 3 dans la zone 1, «la méthode d’infiltration dans les réseaux  de contrebande» pour débusquer les auteurs de ce trafic. La méthode porte d’ailleurs ses fruits face au génie des contrebandiers qui débordent d’imagination. La cargaison en provenance du Nigéria était d’ailleurs soigneusement dissimulée dans des mèches de femmes.

«Certains de ces médicaments sont importés par voies aérienne, terrestre et maritime», indique le Colonel Hugues Kouetche. Hormis les graves conséquences sur la santé des populations et l’économie du pays, plusieurs produits saisis sont utilisés dans le grand banditisme: « plusieurs produits interceptés sont de la famille des benodiazépines utilisés comme hypnotiques ou pour ses effets secondaires par les malfaiteurs et autres hors-la-loi», ajoute le Commandant Philémon Amougou Owona. Lancée en 2016, l’opération Halcomi est entrée dans sa troisième phase en 2019. Ce programme de protection des frontières et de préservation du tissu industriel national enregistre, malgré la porosité des frontières et la hargne des trafiquants, d’impressionnants résultats de saisies et de sanctions pécuniaires. Les marchandises arrêtées récemment à Douala seront purement et simplement détruites, rassure-t-on à la zone 1.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!